Une année scolaire en demi-teinte | El Watan
toggle menu
samedi, 18 septembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Une année scolaire en demi-teinte

07 juin 2021 à 10 h 00 min

Entamée avec plusieurs semaines de retard en raison de la persistance de la pandémie de Covid-19, l’année scolaire 2020-2021 amorce la dernière ligne droite avant l’organisation des examens des différents paliers de l’enseignement. Après les épreuves de l’examen de fin de cycle primaire, les candidats et candidates aux examens du BEM et du baccalauréat se préparent, à leur tour, au grand écart.

Pour les parents, ce fut également une année fortement anxiogène, marquée par un double défi, celui de préserver la santé de leurs enfants contre le risque de contamination à l’école, mais aussi de réussir le difficile challenge pédagogique de la validation de l’année et du passage en classes supérieures, et la réussite aux examens.

Le mot d’ordre général partagé par l’ensemble des partenaires du secteur étant d’éviter le spectre de l’année blanche. Ce qui fut fait grâce aux efforts conjugués et à la mobilisation de tous. Mais le bilan de cette année, en demi-teinte, reste à faire. Tout n’a pas baigné dans l’huile. Les résultats des examens, les taux de réussite, mais aussi, d’une manière générale, l’analyse des performances du système éducatif dans ses différents paliers sont autant d’indicateurs à prendre en compte pour apprécier le niveau pédagogique de cette année scolaire. Réduite à deux trimestres, ponctués par des arrêts de cours dus aux mouvements de grève qu’a connus le secteur, cette année scolaire finissante aura été une véritable course contre la montre pour tout le monde afin d’être au rendez-vous des examens et ne pas hypothéquer l’avenir de nos enfants par des cumuls de retard dans les programmes d’enseignement, difficiles à combler.

A quelques jours des examens, nombreuses sont les écoles publiques mais aussi celles relevant de l’enseignement privé à n’avoir pas encore bouclé leurs programmes. Fait inédit dans les annales de l’école algérienne, les actions sporadiques d’enseignants refusant d’encadrer les compositions et les examens blancs dénotent l’ampleur de la crise qui secoue le secteur et ses retombées sur le devenir du système de l’éducation nationale. Tenus par l’obligation de résultats, certains établissements scolaires privés se démènent, pour leur part, comme ils peuvent pour terminer les programmes dans les délais afin d’offrir à leurs élèves les meilleures chances de succès. Des cours sont programmés même le week-end et au-delà des horaires conventionnels, jusque tard dans la nuit.

Cette année également, le secteur a été lourdement handicapé par la fermeture des canaux du dialogue entre la tutelle et les syndicats du secteur avec toutes les répercussions que cela impliquera fatalement sur les résultats scolaires. L’appel lancé, il y a quelques jours, par la tutelle pour renouer la concertation n’a pas été du goût des syndicats autonomes, dont certains ont décliné l’invitation. Dans ce climat lourd qui n’incite guère à l’optimisme, à l’approche des examens, cette question taraude les esprits des parents d’élèves – surtout ceux dont les enfants n’affichent pas de bons résultats scolaires – qui se demandent si le taux d’admission aux examens sera revu à la baisse, en dessous de la moyenne de 10, comme ce fut le cas pour le baccalauréat de l’année dernière.

Au regard du préjudice causé à la crédibilité de ce diplôme, beaucoup avaient dénoncé cette décision jugée populiste et électoraliste. Cette année, le sujet n’est pas évoqué par l’administration, la perspective du rachat ne semble vraisemblablement pas être envisagée.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!