Trump le va-t-en-guerre | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Trump le va-t-en-guerre

26 mars 2019 à 10 h 00 min

Donald Trump veut-il mettre le feu au Moyen-Orient ? C’est le sens qu’il faut donner à sa décision surprise de reconnaître l’annexion du Golan syrien, occupé durant la guerre des Six-Jours, par Israël. Il devait signer officiellement l’acte de reconnaissance de sa décision scandaleuse hier.

Le locataire de la Maison-Blanche fait cavalier seul dans cette affaire, conseillé sans doute par sa fille Ivanka et le mari de celle-ci, Jared Kushner, un sioniste radical très proche des extrémistes israéliens. L’initiative de Donald Trump a été dénoncée par le Parti démocrate et une partie du Parti républicain, pourtant défenseur acharné d’Israël. Ils considèrent qu’il s’agit, dans ce cas d’espèce, d’une grave violation du droit international et d’un encouragement à tous les régimes expansionnistes de la planète, qui ont des revendications territoriales inacceptables. Le droit international est clair : «Aucun Etat ne doit reconnaître le rattachement d’un territoire à un pays, si ce rattachement a été obtenu par la force.»

Les alliés traditionnels d’Israël, principalement l’Europe occidentale, ont dénoncé l’initiative de Trump, y voyant un acte dangereux qui pourrait raviver la tension au Proche-Orient. Le président milliardaire avait déjà mis de l’huile sur le feu en décidant le transfert des locaux de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à El Qods. Un acte hostile au peuple palestinien en particulier et au monde arabo-musulman en général. Trump a déjà prouvé sa haine à l’égard de ce peuple désarmé et occupé en supprimant les contributions à l’UNRWA (l’organisme international chargé de l’aide aux réfugiés palestiniens) ainsi que l’aide financière consentie à l’Autorité palestinienne. Depuis la création d’Israël, toutes les administrations américaines ont accordé un appui multiforme à Tel-Aviv, mais aucune d’entre elles n’a eu un comportement aussi agressif et un parti pris aussi inique à l’égard des Palestiniens.

Pourquoi Trump agit-il de la sorte ? Son ex-avocat  Michael Cohen l’a traité d’«escroc, menteur, raciste». Il aurait pu ajouter «ennemi de la paix et des déshérités». C’est-à-dire des situations qu’abhorrent les fascistes. Et c’est pour ces raisons qu’il a tissé des relations étroites avec Benyamin Netanyahu, lequel est également très lié à la famille Kushner. Sa politique à propos d’El Qods et du Golan est surtout un acte de soutien à la politique du Premier ministre israélien. Ce dernier, en perte de vitesse dans les sondages à l’approche des élections législatives prévues en avril, a trouvé Trump, qui est venu à son secours et cherche à lui éviter la défaite.

La proximité entre les deux hommes fait qu’ils s’entendent comme larrons en foire, au point que le locataire de la Maison-Blanche n’a pas peur de provoquer une autre guerre au Proche-Orient, uniquement pour le sauver d’un échec législatif. Déjà, hier, une roquette est tombée sur Tel-Aviv et le Hamas jure qu’il n’est y pour rien. Le Premier ministre israélien a d’ailleurs interrompu son voyage à Washington. Cela n’augure rien de bon, surtout que le chef de la droite israélienne est un va-t-en-guerre pour lequel le peuple palestinien n’existe pas et que, par conséquent, il n’a pas droit à un Etat. Netanyahu et son protecteur américain sont en train de semer la tempête.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!