Silence coupable | El Watan
toggle menu
mercredi, 11 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191211
  • Massage Tunisie



Silence coupable

09 octobre 2019 à 9 h 00 min

Les Ouïghours, comme les Rohingyas, vivent probablement les moments les plus affreux de leur histoire. Oppressées et martyrisées au quotidien par les régimes chinois et birmans, ces minorités musulmanes d’Asie risquent aujourd’hui de disparaître. Les traitements effroyables qu’elles endurent depuis des années dans l’indifférence la plus totale donnent froid dans le dos.

Dans une enquête publiée sur son site le samedi 5 octobre, The Washington Post reprend plusieurs témoignages attestant, par exemple, d’exactions à caractère sexuel et de stérilisations forcées commises par Pékin sur des femmes musulmanes issues des communautés kazakhe et ouïghoure.

Au Xinjiang, dans l’ouest de la Chine, le Parti communiste mène aussi, depuis deux ans, une immense opération sans précédent d’acculturation et de lavage de cerveaux de centaines de milliers d’enfants ouïghours.

Ils sont soumis, selon la même source, «dès la maternelle, à un endoctrinement massif à travers un système d’internat obligatoire dans le cadre de l’enseignement public». Objectif revendiqué par Pékin : transformer une génération entière de jeunes musulmans en Hans, l’ethnie majoritaire du pays.

Le traitement réservé aux plus âgés est tout autre : à la détention classique, dit-on, «s’est ajoutée depuis 2017 une campagne d’enfermement extrajudiciaire menée à grande échelle».

Et il ne s’agit là que d’une partie des souffrances subies par les Ouïghours. Il est à se demander comment un peuple qui a enduré autant d’atrocités que le peuple chinois peut, à son tour, ostraciser de la sorte un autre groupe ethnique. Tout cela n’est évidemment pas digne d’une nation qui aspire, demain, à jouer un rôle de leadership dans le monde.

Contre toute attente, ce n’est pas un Etat musulman qui s’est en premier manifesté pour dénoncer ce génocide qui ne dit pas son nom. Les réactions de dénonciations sont venues en premier des Etats-Unis. Joignant l’acte à la parole, Washington, par le biais de son département américain du Commerce, a même placé hier 28 organisations gouvernementales et commerciales chinoises sur liste noire.

Il est reproché à ces entités d’être impliquées dans la campagne de répression des autorités visant notamment la minorité musulmane ouïghoure. «Le gouvernement américain et le département du Commerce ne peuvent pas tolérer et ne toléreront pas la répression brutale des minorités ethniques à travers la Chine», a justifié Wilbur Ross, secrétaire américain au Commerce.

Vu la proximité de cette sanction avec la reprise des négociations entre Pékin et Washington dans la perspective de parvenir à un accord global pour mettre fin à leur guerre commerciale, certains analystes n’hésiteront certainement pas à soupçonner les Etats-Unis de chercher à instrumentaliser le dossier des droits de l’homme en Chine pour faire pression sur le président Xi Jinping et ses négociateurs. Il est possible effectivement que cela soit le cas.

Mais intéressés ou pas, les Etats-Unis comme certains autres pays auront eu au moins le mérite d’en parler. Les Ouïghours sont martyrisés et ce n’est pas une vue de l’esprit. Pendant ce temps, que font les pays musulmans et les progressistes arabes pour atténuer les souffrances de cette minorité ?

Rien ! Cachés derrière le principe de non-ingérence, certains se taisent lâchement pendant que d’autres massacrent d’autres musulmans, comme le fait l’Arabie Saoudite au Yémen, ou tentent de mettre au pas leurs populations. Alors qui est le plus à blâmer dans l’histoire ?


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!