Sauver le FLN des usurpateurs | El Watan
toggle menu
mercredi, 30 novembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Sauver le FLN des usurpateurs

22 août 2019 à 9 h 26 min

Les représentant légitimes et historiques du FLN ont parlé. L’ONM (Organisation nationale des moudjahidine) a relevé, à l’occasion de la commémoration de la journée du 20 Août, que le FLN «n’a plus de raison d’être aujourd’hui». Ce n’est pas la première fois que les moudjahidine font une telle demande à laquelle adhère tout le peuple algérien au demeurant.

Car ce sigle appartient à ce dernier auquel il a adhéré le 1er Novembre 1954, comme tous les partis patriotiques de l’époque. L’Algérie a raté l’occasion de restituer le Front à son peuple en 1989, à l’instauration du multipartisme. Chadli n’avait pas eu le courage de franchir le pas pour ne pas déplaire à la masse de parasites qui vivaient aux crochets du pays. Boudiaf en avait fait son cheval de bataille, mais n’a pas pu aller loin pour les causes que tout le monde connaît. Les patriotes authentiques avaient des raisons pour justifier leurs revendications, et la principale est sans appel : le sigle Front de libération nationale est cité dans l’hymne national Qassaman, ce qui veut dire clairement que ce n’est pas un parti, lequel ne peut qu’appartenir à un groupe d’individus et pas à l’ensemble des Algériens. De ce fait «El Djebha», comme l’appellent actuellement les citoyens, appartient à l’ensemble des Algériens et entre ainsi dans le patrimoine commun.

Malheureusement, le pouvoir a exploité à outrance et à son profit le FLN, qu’il a transformé en une caisse de résonance de ses ambitions politiques. Peu de voix s’élevaient contre cette exploitation tant qu’il était entre les mains de gens sincères. Mais avec le temps, la mafia politico-financière a trouvé que cet héritage des fils de Novembre étaient un excellent tremplin pour pénétrer dans les rouages de l’Etat afin de profiter au maximum de la vache à lait Algérie.

C’est Abdelaziz Bouteflika qui a inauguré la descente aux enfers du FLN en désignant à sa tête un ancien indic des Services, pompiste de son Etat. Cet individu, venu de Tunisie, s’en donne à cœur joie. Amar Saadani, c’est de lui qu’il s’agit, plonge à corps perdu dans la corruption, amassant une immense fortune et se permettant même d’acheter un luxueux appartement dans le quartier parisien de Neuilly. Bizarrement, il n’a pas été inquiété jusqu’à ce jour par la justice. Djamel Ould Abbès lui succède. Plus flagorneur, plus pourri que lui tu mens. Il a été jusqu’à impliquer sa famille dans la corruption, croyant que l’impunité serait éternelle.

Pour terminer l’humiliation ou pour boire le calice jusqu’à la lie, ce parti est devenu plus une association de «bouffeurs» qu’une «organisation à caractère politique». Il a aujourd’hui à sa tête un personnage à la réputation douteuse qui défendait bec et ongles le marché informel, allant jusqu’à s’opposer aux transactions par chèque, préférant l’utilisation de «sacs à ordures».

Le FLN est donc tombé bien bas. Tout militant sincère aurait honte d’en faire encore partie. Les manifestants du vendredi ont commencé à s’en prendre à lui. Il est temps d’agir avant qu’il ne subisse d’autres humiliations.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!