Question de sécurité nationale | El Watan
toggle menu
lundi, 30 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Question de sécurité nationale

21 novembre 2020 à 10 h 57 min

Coïncidant avec la rentrée scolaire, l’évolution inquiétante des cas de contamination à la Covid-19 observée ces derniers jours a provoqué un climat de peur et de panique parmi des parents d’élèves qui vivent dramatiquement la décision prise d’envoyer leurs enfants à l’école dans une conjoncture aussi lourde de menace pour la santé publique.

De nombreux élèves ont manqué à l’appel lors de cette rentrée, des parents peu rassurés par rapport au non-respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires, publics et privés, ont préféré garder leurs enfants à la maison, se donner un temps de réflexion pour voir comment évoluera la situation avant de trancher.

D’autres parents, plus téméraires, ont sauté le pas avant de se raviser, après quelques jours seulement de scolarité, vécue comme un cauchemar insoutenable. Les échos de fermeture d’écoles et de plusieurs établissements scolaires à travers le pays suite à des cas de contamination d’élèves, de personnels enseignants ou d’astreinte ont beaucoup contribué à alimenter le climat anxiogène dans lequel se trouvent plongées les familles en ce début de rentrée scolaire.

Ces dernières sont aujourd’hui face à ce cruel dilemme : continuer à envoyer leurs enfants à l’école pour leur éviter un décrochage scolaire irrémédiable – surtout ceux se trouvant en classes d’examen – en dépit du risque et du sentiment de culpabilité lourd à porter dans le cas où un malheur viendrait à frapper, ou bien alors opter pour la prudence, en calfeutrant leurs enfants à la maison, quel qu’en soit le prix, quitte à sacrifier l’année scolaire en cours. Une situation non moins génératrice de stress à la fois pour les parents et les enfants par rapport à ce que cela induit comme effort et inventivité pour pallier la non-scolarisation de l’élève en recourant aux cours de soutien scolaire particuliers payants, en s’aidant des plateformes pédagogiques sur internet…

La majorité des parents a opté pour la voie qu’ils estiment être celle du réalisme, en domestiquant la peur, s’en remettant à la fatalité et puisant dans la foi, l’énergie positive, pour se donner bonne conscience et se convaincre qu’on a fait le choix de la raison.

Cela, tout en sachant que les consignes de vigilance prodiguées et répétées inlassablement à leurs enfants avant de quitter la maison et sur le chemin de l’école, le port du masque, renforcé par l’usage de plus en plus remarqué des visières par les élèves, n’immunisera pas leur progéniture contre le risque d’une éventuelle contamination. Des syndicats de l’éducation, soutenus par des parents d’élèves, ont observé des sit-in dans certaines wilayas du pays pour alerter les pouvoirs publics sur les défaillances constatées dans la mise en œuvre du protocole sanitaire décidé dans les établissements scolaires.

L’absence de communication officielle sur l’évaluation de la situation sanitaire en milieu scolaire depuis la rentrée, sur le nombre de cas de contamination, leur degré de gravité, le nombre d’écoles ayant fait l’objet de décision de fermeture temporaire préventive a laissé libre cours à des informations alarmistes non démenties par le ministère de tutelle. Le ministre de l’Education autant que le Conseil scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie observent un silence viral sur ce sujet. Des Conseils des ministres ont été consacrés à des dossiers liés à la vie quotidienne des citoyens et portant sur les coupures d’eau, d’électricité, sur les feux de forêt…

La santé des millions d’enfants scolarisés dans nos établissements scolaires ne commande-t-elle pas de faire un premier bilan d’étape pour évaluer la situation, sérier les insuffisances et prendre, avec efficacité et célérité, les mesures nécessaires afin d’y remédier. La vie d’un enfant étant sublimée, sacralisée dans notre culture ancestrale, par rapport à celle de l’adulte, l’émotion, l’indignation et la colère que pourrait provoquer le décès d’un élève suite à une contamination dans le contexte de crise multidimensionnelle que traverse le pays ne sont pas à sous-estimer. C’est une question de sécurité nationale.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!