L’émancipation en marche | El Watan
toggle menu
vendredi, 20 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan19092019





L’émancipation en marche

07 mars 2019 à 10 h 00 min

La rue algérienne, d’Adrar à Alger, d’El Tarf à Tlemcen, a répondu en masse par un refus outragé à la dernière sortie de la présidence de la République. L’histoire ne retiendra sans aucun doute du règne de Bouteflika que cela : un cynisme despotique moyenâgeux, digne du «makhzen» de la monarchie voisine de l’ouest du pays. C’est l’impression qui se dégage de la dernière «sortie présidentielle», mêlée d’un goût amer de forfaiture subie avec cette lettre adressée au peuple algérien par le Président sortant. La «vox populi» soupçonnait depuis longtemps Abdelaziz Bouteflika de vouer une admiration lointaine aux allégeances sans borne, des sujets à leur souverain jusqu’à la soumission aveugle.

Après le mépris dont il a fait preuve à l’endroit des Algériens pendant une vingtaine d’années, le régime de Bouteflika, par ce dernier acte épistolaire, ajoute l’insulte à l’égard de tout un peuple, qui a manifesté de manière responsable, dans le calme et la dignité, son rejet d’un 5e mandat. Les masses de jeunes, de moins jeunes et de femmes, qui défilent depuis le 22 février dans les rues de toutes les villes d’Algérie font preuve de maturité et de conscience politiques élevées. En rejetant le 5e mandat, elles portent un message politique, une revendication d’une génération qui marquera ainsi l’histoire du pays.

Malheureusement, le pouvoir incarné par Bouteflika et ses affidés n’a pas entendu le cri de colère du peuple, et s’obstine à vouloir se maintenir contre la volonté populaire en faisant miroiter, encore une fois, des promesses qu’il ne tiendra pas et qu’il ne pourra pas tenir. En d’autres termes, tout ce qu’il n’a pu faire durant les vingt années d’immobilisme à la tête de la présidence de la République, il s’engage avec la foi d’un bonimenteur invétéré à l’accomplir en quelques mois, à condition que les Algériens veuillent bien lui renouveler leur confiance le 18 avril prochain.

L’effet de cette outrageante offense qu’il leur est adressée ne s’est pas fait attendre. Ils sont, depuis, de plus en plus nombreux à battre le pavé. Mieux qu’un simple «dégagisme», c’est à un véritable changement qu’ils aspirent et à quoi ils s’attellent depuis plus de deux semaines de mobilisation.

C’est avant tout un acte de rupture de ces nouvelles générations à l’égard du système autoritaire et profondément injuste, comme celles de Novembre 1954 qui l’ont fait vis-à-vis de l’ordre colonial. Dans un sens, c’est qu’il y a une véritable continuité dans ce vaste élan d’émancipation du peuple algérien, entamé depuis cette date. Demain vendredi, ce sera assurément un nouvel acte de mobilisation qui coïncidera avec la Journée internationale de la femme. Elles sont d’ores et déjà une multitude à appeler les Algériennes à investir la rue.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!