La descente aux enfers | El Watan
toggle menu
samedi, 24 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190824


  • Pub Alliance Assurance



La descente aux enfers

13 juillet 2019 à 10 h 00 min

La révolution démocratique en cours depuis le 22 février dernier a provoqué un début d’assainissement dans la vie politique, économique et sociale. Elle nous a débarrassés par exemple d’un Abdelaziz Bouteflika qui, depuis 1999, a travaillé pour sa petite personne et pour rester au pouvoir jusqu’à la mort.

Cette révolution a donc révélé les comportements pervers d’un système maffieux dans lequel tous les médiocres et les pourris de la création se retrouvaient et s’entendaient à la fois pour dilapider les richesses nationales et détruire en même temps le pays et, pourquoi pas, le raser de la carte. Deux structures parasites vont être mises à nu et y laisser des plumes : le FLN et l’APN.

Les citoyens savaient depuis longtemps que c’étaient des coquilles vides dont la seule fonction est de travailler pour le fakhamatouhou du moment et être récompensées en échange avec l’argent du peuple.

Le FLN s’est tellement illusionné sur lui-même qu’après le 22 février il a retrouvé sa fonction de mercenaire en jurant qu’il fera une démonstration de force dans la rue pour prouver la puissance du système. Il n’a pas pu aller au-delà des paroles et il est resté dans sa coquille, tout simplement parce qu’il n’a jamais représenté quoi que ce soit de digne et il ne pouvait en être autrement, parce que ses dirigeants ont usurpé un sigle prestigieux, ce qui n’a jamais échappé aux Algériens.

Ce n’était qu’un appareil qui se donnait au plus offrant et au puissant du moment. C’est malheureusement le cas également de l’Assemblée populaire nationale. A l’Indépendance, elle était prestigieuse. Aujourd’hui, elle est plus bas que terre. Son premier président s’appelait… Ferhat Abbas. Ensuite, elle a connu une respectabilité avec Rabah Bitat. Mais dès 1999, Bouteflika en a décidé autrement. Il fallait traîner des casseroles pour accéder au perchoir.

Ou être sans envergure et se plier à la volonté du maître de céans. Elle est même passée par un certain Amar Saadani, ancien pompiste à Sonatrach, qui n’avait pas bonne réputation dans la région de Oued Souf et qui, aujourd’hui, habite Neuilly. Il vit comme un nabab avec surtout l’argent pillé dans des fonds de l’agriculture. D’humiliation en humiliation, il y a même eu un trabendiste qui a eu la prétention de vouloir la diriger.

La pilule était trop grosse à faire avaler et il a été décidé de se passer de ses services. Il faut dire que l’APN est une véritable poule aux œufs d’or. A l’époque de Saadani, ses dirigeants voyageaient jusqu’en Chine avec une compagnie proche-orientale, en première avec couchette. Le billet d’avion coûtait plus de 30 000 dollars. Le larbinisme paye, son parc auto à lui seul est doté de 700 véhicules, et il n’est pas rare de revoir certains d’entre eux entre les mains d’individus douteux qui n’ont rien à voir, de près ou de loin, avec la législation.

L’Assemblée vient de finir en beauté : son nouveau président est issu d’un petit parti peu connu du grand public. Le FLN et le RND viennent de laisser des plumes. Tous les vendredis, les Algériens demandent qu’ils disparaissent de leur vie. Il faut espérer que c’est le début de la fin. Le FLN tout comme la Chambre des béni-oui-oui ont trop sucé le sang des Algériens.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!