Intolérable | El Watan
toggle menu
samedi, 23 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Intolérable

18 juillet 2021 à 10 h 00 min

Quelle mouche a donc piqué le Maroc ? On sait que les relations avec l’Algérie ne sont pas au beau fixe mais pas jusqu’à aller à des provocations dangereuses et inacceptables. C’est ce que vient de faire l’ambassadeur de sa majesté aux Nations unies, à New York. Il vient de distribuer aux membres des pays non-alignés une déclaration officielle dans laquelle le Maroc annonce son soutien au «droit à l’autodétermination du peuple kabyle».

Incroyable ! Voilà un pays qui déclare son appui à une sédition dans un pays voisin. Pourquoi une telle agressivité, une telle déclaration de guerre ? Pour nettement moins que ça, des pays se sont embrasés. Le bon sens et la sagesse des dirigeants algériens ont voulu qu’Alger refuse de répondre à cette ridicule rhétorique pour ne pas insulter l’avenir. Le makhzen nous a habitués à de telles légèretés qui ridiculisent leur auteur.

Rabat croit-il qu’un tel excès de langage va infléchir les positions traditionnelles de l’Algérie à l’égard des problèmes internationaux ? S’il pense au conflit qui l’oppose au peuple sahraoui, il faut seulement rappeler que ce sont le Maroc et la Mauritanie qui ont initié, en 1964, la résolution onusienne qui reconnaît le droit aux populations du Sahara occidental à l’autodétermination et à l’indépendance. L’Algérie n’a fait que les suivre par respect pour la légalité et le droit internationaux.

C’est le palais royal qui avait trahi ses engagements à la suite de deux tentatives de coup d’Etat, entraînant Nouakchott dans son déni. Il avait cherché l’occasion d’éloigner l’armée de son trône et il avait trouvé l’invasion du Sahara occidental comme parade. A l’époque, Hassan II avait d’abord proposé à Boumediène de partager le territoire.

Devant le refus de ce dernier, il s’était alors tourné vers Ould Daddah qu’il avait réussi à entraîner dans ses aventures… et à sa perte. Depuis, le makhzen s’est empêtré dans ses problèmes avec l’Algérie. Voilà qu’il trouve aujourd’hui la Kabylie comme nouvelle opération de diversion. La Kabylie, c’est le cœur battant de l’Algérie dont elle a toujours été partie intégrante.

C’est la diaspora kabyle qui a été à l’avant-garde dans la lutte pour la liberté, et ce sont les ouvriers kabyles de France qui ont créé en 1924 l’Etoile nord-africaine. En 1963, le colonel Mohand Oulhadj était dans le maquis FFS, mais dès l’agression marocaine, il avait rejoint les frontières pour défendre l’unité nationale et la patrie menacée.

On n’en dirait pas autant du royaume du Maroc qui a eu à subir jusqu’en 1925 la République du Rif de Abdelkrim El Khattabi et qui n’a dû son salut qu’à une intervention militaire franco-espagnole. Sa faiblesse ne l’a pas empêché de caresser des rêves de grandeur et d’expansion au détriment de ses voisins. Durant toute son histoire, l’Algérie a toujours été sa principale cible.

Au point que Hassan II avait ouvert des camps d’entraînement pour les terroristes islamistes du GIA, et avait accueilli l’un de ses chefs, Layada, croyant avoir affaire à un théoricien de la guerre. Il s’était empressé de s’en débarrasser quand il s’est aperçu que c’était une coquille vide. Malgré les activités déstabilisatrices de Rabat, les Algériens avaient fait preuve d’une grande retenue et d’une grande sagesse, tout cela pour sortir la région de la zone de turbulences. Les sentiments n’ont malheureusement pas cours de l’autre côté de la frontière ouest. Jusqu’à ce jour, le Maghreb arabe n’existe que sur le papier et il n’est pas près d’être concrétisé.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!