Dérapages contrôlés ? | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 octobre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Dérapages contrôlés ?

09 juin 2021 à 10 h 00 min

Les élections législatives décidées par le pouvoir en place restent suspendues à l’adhésion citoyenne. Le matraquage systématique orchestré au moyen des médias lourds est mené sans relâche.

Il est capital aux yeux des politiques d’entourer de quelque légitimité populaire la future Assemblée nationale. Un bras de fer a été engagé avec les opposants à la feuille de route préalablement définie par les tenants du pouvoir. Ces derniers ont même pris des dispositions répressives et dissuasives à l’encontre de toute tentative d’empêchement ou de perturbation de l’accomplissement de l’acte de vote.

Le corps militaire est instruit, pour la circonstance, à garantir la totale sécurité pour le bon déroulement du scrutin. Il faut dire que toute la machine sécuritaire, judiciaire et administrative est mise en alerte maximum pour la tenue de ce rendez-vous parlementaire. A voir tout ce branle-bas de combat mené à la hussarde, il est fort intrigant de constater l’aspect folklorique qui caractérise encore en ces derniers jours de campagne la prestation des candidats à la députation. Beaucoup d’entre ces derniers qui osent discourir devant un auditoire confondent entre les rôles des élus du peuple. Ils s’ingénient à détailler le programme de leur mandat comme s’il s’agissait de celui d’un président communal, voire de la République.

Cela souligne toute la méconnaissance de leur future mission au sein de l’hémicycle. Pis encore, d’autres se lancent dans un ridicule sidérant. A l’occasion, la femme qui hante certains esprits étroits est copieusement livrée à tous les fantasmes. Tantôt elle est louée dans sa frêle silhouette, tantôt elle est perçue comme une simple «fraise fraîche» que les esprits tordus espèrent cueillir. La campagne électorale qui, heureusement, tire à sa fin, met le holà à une déferlante d’inepties très préjudiciables à la fonction de députation censée légiférer dans l’intérêt du peuple qu’elle représente, parallèlement à son rôle de contrôle de l’Exécutif.

Il est tout simplement difficile d’accorder un crédit à certains énergumènes en course à une institution de souveraineté nationale et remettre en cause les fondements mêmes de la nation algérienne consacrés dans sa Constitution, en s’attaquant à une région précise du pays. Le contexte ne se prête guère à de telles provocations insensées, sinon de bien vouloir jouer aux pyromanes.

Un tel comportement est loin d’être serein et apaisé. Plutôt, il sème le doute et la suspicion sur un scrutin donnant mandat solennel à ces perfides personnages de légiférer des lois d’importance nationale. L’opprobre qui entache le bon déroulement des élections résulte, en partie, de l’indifférence des pouvoirs publics face à toutes ces dérives. Une impunité qui tranche radicalement avec la ferme volonté de ces mêmes pouvoirs à bien tenir ce vote dans les délais prédéfinis.

La confusion n’est pas des moindres dans la tête des électeurs. Car l’acte de vote, pour les jeunes d’aujourd’hui, rime avec compétence, engagement et modernité.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!