Classe moyenne | El Watan
toggle menu
jeudi, 02 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Classe moyenne

17 octobre 2021 à 10 h 00 min

L’érosion du pouvoir d’achat remet la question des inégalités sociales au centre du débat public. L’avant-projet de loi de finances 2022 consent, certes, d’améliorer timidement le pouvoir d’achat des ménages à travers une baisse de l’IRG des salariés en général et la hausse particulièrement du point indiciaire pour les fonctionnaires, mais prévoit un démantèlement des subventions généralisées, dont les classes moyennes inférieures risquent d’être les premières victimes.

En attendant les modalités d’application de cette loi de finances, notamment en ce qui concerne les catégories de ménages ciblées et les critères d’éligibilité à la compensation, les inquiétudes se focalisent sur les classes moyennes inférieures. Ces dernières risquent de ne pas être éligibles au programme de transfert monétaire direct au titre de la compensation au démantèlement des subventions aux prix des produits de consommation de base.

Cette catégorie sociale vulnérable ne doit pas être exclue de l’éligibilité à ce programme de compensation sociale. Les économistes s’inquiètent d’un phénomène grandissant : la disparition progressive de la classe moyenne inférieure sous l’effet de l’inflation et de la flambée des prix. Les revenus de la classe moyenne inférieure ne sont ni suffisants pour pouvoir vivre dignement ni trop bas pour pouvoir bénéficier d’aide du filet social. Avec des revenus parfois proches du seuil de la pauvreté, mais qui ne donnent pas droit à des prestations d’aide sociale, cette frange de la population médiane a basculé en dessous du seuil de pauvreté. Sa paupérisation rampante est bien réelle. Le pouvoir d’achat de la classe moyenne inférieure qui vit sur le fil du rasoir n’a cessé de s’éroder. Au moment où les écarts entre les plus pauvres et les plus riches ne cessent de se creuser, la politique de prélèvement et de redistribution de l’Etat absorbe une forte partie des revenus de la classe moyenne.

Après impôts et transferts sociaux, une grande partie de la classe moyenne ne parvient plus à marquer la différence avec la couche sociale constituée par les plus bas revenus. Ceci est d’autant plus illustré par la forte régression des salaires moyens dans le public et surtout dans le privé. En comparaison internationale, les salaires de la classe moyenne algérienne sont les plus bas dans l’Afrique du Nord. Les dispositifs sociaux doivent permettre d’enrayer l’érosion rampante de son pouvoir d’achat et d’endiguer sa précarisation.

Des protections sociales efficientes doivent être adoptées pour résorber un fossé de plus en plus important qui se creuse entre une minorité aisée et une majorité croissante qui peine chaque jour un peu plus à joindre les deux bouts. Pour traverser cet ouragan de précarité qui s’abat sur le front social, certains lancent l’idée d’un revenu de base fixe et inconditionnel. Avec un revenu universel, chaque citoyen reçoit chaque mois un revenu, peu importe qu’il travaille ou non.

Alors que des essais sont lancés un peu partout dans le monde, les plus favorables au revenu universel estiment que cette mesure est à la fois juste et utile tant sur le plan économique que social. Avec le revenu universel qui consacre l’équité, aucune catégorie sociale ne sera laissée sur le carreau.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!