«Ce voleur qui…» | El Watan
toggle menu
lundi, 09 décembre, 2019
  • thumbnail of 20191209



  • Massage Tunisie

«Ce voleur qui…»

03 décembre 2019 à 9 h 00 min

Il y a 25 ans, le 3 décembre 1994, notre ami et confrère Saïd Mekbel était assassiné par des terroristes islamistes. L’auteur de la fameuse chronique du quotidien Le Matin, «Mesmar Dj’ha», qui faisait mal au pouvoir en place et aux islamistes, a quitté ce monde, mais ses idéaux et ses principes ont été repris par la majorité des Algériens qui ont réussi à vaincre l’hydre islamiste soutenue par les régimes féodaux du Moyen-Orient.

Ils sont certainement en phase de gagner une autre bataille autrement plus ardue et complexe, car les Algériens dans leur ensemble exigent le démantèlement pur et simple du système politique actuel qui a conduit le pays à la faillite et à la gabegie.

Il faut dire que la plume de Saïd Mekbel nous manque. Il nous aurait décrit dans son style bien à lui ce que subit la majorité des Algériens face au diktat de l’armée, avec à sa tête le général de corps d’armée  Ahmed Gaïd Salah. Il aurait tourné en dérision cette justice «aux ordres» qui condamne des jeunes pour avoir brandi l’emblème amazigh et des leaders d’opinion pour avoir dit des vérités et proposé des solutions de sortie de crise.

Que dire de l’incarcération du commandant Lakhdar Bouregaâ ? Il aurait commis un pamphlet contre une telle infamie. Toucher à un authentique héros de la Guerre de Libération nationale pour un motif fallacieux aurait été, pour Saïd Mekbel, une hérésie.

La dictature qui s’est installée au pouvoir aujourd’hui lui aurait fourni une multitude de sujets où il aurait étalé tout son talent pour épingler les inepties et les incohérences des décideurs, comme par exemple leur entêtement à vouloir maintenir une élection présidentielle rejetée pat l’écrasante majorité du peuple algérien.

En effet, des millions d’Algériens manifestent depuis plus de neuf mois à travers toutes les wilayas du pays pour exprimer leur rejet total et ferme d’une parodie électorale qui permettrait au système en place de se redéployer.

Notre défunt chroniqueur aurait raillé à l’extrême le bide des «cachiristes» de ce samedi, qui ont échoué à faire sortir la foule en faveur de l’élection présidentielle. Malgré les pressions de toutes formes, les fonctionnaires et agents d’administration acheminés de toutes les wilayas du pays vers la capitale ont pour la plupart d’entre eux fait défection.

Pour eux, il n’a pas été dans leur intention de s’opposer à leurs concitoyens, mais de profiter des 1000 ou 2000 DA tout en évitant de s’exposer à des sanctions. Lamentable défaite d’un pouvoir avec les moyens de l’Etat qui n’arrive pas à mobiliser comme le fait le hirak !

Le sujet de l’ingérence étrangère aurait également inspiré Saïd Mekbel, qui l’aurait associé à la rencontre du chef de l’Etat Abdelkader Bensalah avec Vladimir Poutine, le président de la Russie. Le regard narquois et amusé de Poutine, Saïd l’aurait décrit avec toute sa verve. Le souvenir de Saïd Mekbel, «ce voleur qui…», nous accompagne en ces instants cruciaux que traverse le pays, d’autant que les Algériens ont fermement décidé de prendre leur destin en main.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!