Une élimination sans honneur | El Watan
toggle menu
jeudi, 17 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191017





Championnat arabe des clubs : Al Muharraq 2 - CSC 0

Une élimination sans honneur

19 septembre 2019 à 9 h 00 min

Les plus pessimistes d’entre les supporters ne s’attendaient pas à pareille débâcle. Face à une équipe d’Al Muharraq qui n’a pas encore entamé sa saison, les camarades de Sid Ali Lamri ont été incapables de préserver l’avantage de deux buts acquis à Hamlaoui (3-1), passant à côté d’une qualification largement à leur portée ; ils ont surtout présenté le visage d’une équipe moribonde, démotivée, qui n’a pas fait honneur aux couleurs – celles du club, mais aussi celles du pays – qu’elle était censée défendre.

Déterminés à saisir leur chance, les Bahreïnis, réalistes, ont su exploiter les rares occasions créées, en inscrivant deux buts par l’intermédiaire de Thiago Di Brado, dans le temps additionnel de la première période, et Thiago Augusto, à 10 minutes de la fin du match.

En face, les Constantinois donnaient l’impression d’être perdus sur la pelouse du stade Mohamed Al Khalifa, et toute la hargne de Yettou et de Benayada n’a pas suffi à faire sortir leurs camarades de leur indolence. Le manque d’assurance du portier Meziane, ainsi que la petite forme affichée par certains cadres de l’équipe, à l’image de Zaâlani, Lamri et surtout Abid qui, à plusieurs reprises, a eu le but de la qualification au bout de la «tête» (6’, 8’, 60’), ont fini par avoir raison des ambitions régionales du doyen des clubs de l’Est.

Lors de la conférence d’après-match, Denis Lavagne, forcément déçu, a déclaré : «Logiquement, on aurait dû tuer le match dès le début. On a eu deux grosses occasions de but, et on se serait qualifié si on avait marqué. Malheureusement, quand vous ne marquez pas, vous vous exposez à pareille situation. L’adversaire a su saisir sa chance et le but encaissé dans les arrêts de jeu de la première mi-temps nous a fait très mal. Ils ont été efficaces, contrairement à nous, qui avons eu trois grosses occasions nettes de scorer. Mais en football, quand vous ne marquez pas, c’est difficile de gagner.»

De l’avis des observateurs, cette élimination précoce est le reflet des mauvais choix de joueurs opérés durant l’intersaison, ainsi que du climat délétère qui règne au sein de la maison clubiste, résultat de la mésentente entre l’entraîneur et le manager général, Adlène Boukhedenna, lequel, bien que démissionnaire, a tenu à être du voyage au Bahreïn. Probablement par méfiance, et un peu pour lui rendre la pareille, le coach n’a aligné qu’une seule nouvelle recrue (Boudebouda), précaution insuffisante au vu du rendement global de l’équipe. Aux dernières nouvelles, les deux responsables, de retour à l’hôtel Radisson Blu, se sont violemment disputés, le futur ex-manager voulant obliger l’entraîneur, toujours en poste, à… résilier son contrat !


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!