Professionnalisme : La faillite consommée | El Watan
toggle menu
lundi, 26 septembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Professionnalisme : La faillite consommée

13 août 2018 à 12 h 00 min

Début de saison cauchemardesque. Une équipe professionnelle, le CR Belouizdad en l’occurrence, a perdu par forfait son match contre l’AS Aïn M’lila en ouverture de la saison 2018-2019.

Criblé de dettes, le CRB a été dans l’impossibilité de présenter onze joueurs faute de licences. La Ligue de football professionnel (LFP) a refusé de lui délivrer les licences des nouveaux joueurs qui ont rejoint le club durant l’intersaison période durant laquelle le CRB a enregistré une véritable saignée de joueurs qui n’étaient pas payés depuis des mois.

Cet épisode illustre à merveille la situation catastrophique dans laquelle pataugent les équipes professionnelles sur le plan financier. Les instances du football (Fédération et Ligue de football professionnel) partagent avec les sociétés sportives par actions (SSPA) la responsabilité de la faillite du professionnalisme. Celui-ci n’a jamais été sérieusement encadré ni bien assisté. Donc, les trois entités (SSPA, FAF, LFP) sont totalement responsables de la situation qui prévaut.

Le club, en fait une société, n’a jamais élaboré un vrai projet sportif, ni structuré, ni développé, ni tracé une politique de gouvernance. La Ligue n’a pas jugé utile de mettre en place des structures d’accompagnement des clubs professionnels, à l’instar d’une direction de contrôle et de gestion des clubs professionnels.

La Fédération a péché par l’absence de mise en place d’une politique ou stratégie en matière de contrôle et d’évaluation de tous les segments liés à l’activité d’un club professionnel. Le professionnalisme made in Algeria a été conçu dans la précipitation et jeté dans la rue.

Les conséquences de ce projet mort-né sont dramatiques. La rue risque d’être le théâtre d’une sourde colère. Les pouvoirs publics eux aussi ont une part de responsabilité dans ce qui arrive. A force de politiser le sport, ils l’ont totalement caporalisé. Ils délient les cordons de la bourse au gré des faciès. Ils sont plus que généreux avec des clubs et impitoyables avec d’autres.

Des commis de l’Etat, plus précisément des walis, volent au secours de sociétés sportives par actions en faillite pour acheter la paix sociale et renvoyer vers le pouvoir central une image rassurante de leur wilaya. Des aides et subventions sont octroyées à des SSPA via le club sportif amateur (CSA) sans qu’une seule voix ne les rappelle au respect de la loi en matière de financement de sociétés privées, fussent-elles sportives.

Navigation à vue

A la base, il y a aussi un problème de maîtrise des ressources humaines et de réglementation. Toutes les difficultés présentes auraient dû être prises en charge en amont et refuser aux SSPA en difficultés financières de s’engager, comme le préconisent les règlements qui régissent l’activité du professionnalisme dans le monde entier. L’existence d’un organe de contrôle et de gestion qu’on peut appeler la Direction nationale de contrôle et de gestion (DNCG) aurait évité la situation vécue lors de la première journée du championnat de la saison 2018-2019. La LFP n’aurait jamais dû accepter de laisser s’engager un club en graves difficultés financières.

Les responsables du football ont-ils conscience qu’ils ne font rien pour préserver l’intégrité de la compétition en permettant à des clubs endettés, en faillite, de s’aligner au départ du championnat ? La LFP a-t-elle un jour exigé des clubs «pros» la présentation de leurs bilans et certificats qui présentent toutes les garanties et attestent qu’ils sont aptes à prendre part à la compétition ? Jamais. Lorsqu’un club se met en porte-à-faux vis-à-vis de l’intégrité de la compétition, il doit automatiquement être exclu. Les textes de la FIFA le recommandent expressément.

La participation d’un club à une compétition réservée aux équipes professionnelles doit obligatoirement être soumise à l’obtention préalable d’une licence professionnelle qui est conditionnée par l’accomplissement de nombreux critères. Comme, par exemple, l’amélioration du niveau et de la qualité de la gouvernance, l’instauration d’un organe de contrôle et de gestion qui accompagnera en toute circonstance les clubs sur le plan de la gestion financière.

La Fédération et la Ligue doivent mettre en place un programme de formation des gestionnaires des clubs pros pour garantir la standardisation des normes de gestion au lieu de menacer de l’épée de Damoclès les clubs en faillite. L’échec de ces derniers se répercutera fatalement sur elles. Les sanctions sont un acte facile. La construction d’un projet fiable, guidée par un souci d’efficacité et de réussite, paraît plus difficile à réaliser. Le devenir du football professionnel ne semble pas faire partie de l’agenda des décideurs. La politique de la fuite en avant lui est préférée.

Dans les circonstances actuelles, la présence d’un comité d’urgence au niveau de la Ligue aurait pu être plus qu’utile. Le président, le secrétaire général et un membre élu du bureau de Ligue auraient pu se réunir, dans un cadre légal, pour prononcer des décisions même provisoires pour préserver l’intégrité de la compétition. Dans ce climat délétère, Sonatrach a annoncé qu’elle ajoutait un quatrième club, le MOB, à la liste des trois autres (MCA, CSC, JSS) auxquels elle apporte son appréciable aide financière.

Un article des règlements de la FIFA interdit à une société de contrôler ou d’avoir des participations dans plus d’un club dans un même championnat. Qui s’inquiète de cette violation ? Sonatrach aurait été inspirée de sponsoriser la LFP qui à son tour redistribuerait des quotes-parts aux clubs «pros» selon un barème de répartition accepté par tous. La décision de Sonatrach va accroître la colère des clubs et de leurs supporters et jeter de l’huile sur le feu.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!