SA Sétif : Les Sétifiens devant le TARLS | El Watan
toggle menu
vendredi, 30 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





SA Sétif : Les Sétifiens devant le TARLS

20 septembre 2020 à 10 h 29 min

Légalistes comme leurs aînés, les dirigeants du mythique Stade Africain sétifien, pas disposés à lâcher prise, se présenteront demain devant le Tribunal arbitral des sports (TARLS), qui aura à étudier un dossier en béton.

Bafouée par la Ligue interregions trouvant le moyen de placer la «jurisprudence» devant une réglementions claire comme l’eau de roche, la loi est en faveur des Sétifiens ne manquant pas d’argumentaires. Faisant confiance aux juridictions de la République, les Stadiens, qui ont sollicité l’arbitrage de plus haute instance de l’Etat, en l’occurrence le président de la République par le biais d’une lettre ouverte, gardent espoir. «La fin de non-recevoir des instances dirigeantes de notre football nous oblige à aller vers le TARLS.

Victime d’une véritable machination, le SAS ne demande que l’application stricte de la réglementation. Pour des desseins inavoués, la Ligue interrégions piétine l’article 69 alinéa A, nous permettant d’accéder à la division amateur trois.

Elle n’a pas non plus voulu désigner les lauréats sur la base des classements des différents championnats au moment de l’arrêt des activités sportives, comme le stipule la directive de la FAF (correspondance du 2 août 2020), ne prêtant à aucune équivoque. Mieux encore, elle a appliqué en toute impunité ledit article (le 69 alinéa A s’entend) à l’ensemble du football amateur et refusé de faire autant pour le groupe du SAS. Coincée, elle a même tenté de faire diversion avec l’histoire d’un «additif» ne tenant pas la route.

Au lieu de faire leur mea-culpa et de revoir leur copie, les instances dirigeantes du football algérien méconnaissant l’histoire du SAS, sont responsables de cet imbroglio. Nous attendons avec impatience le verdict du TAS d’Alger qui devrait rétablir le SAS dans ses droits. Dans le cas contraire, nous serions contraints d’aller à Lausanne, par la faute et l’obstination des différentes structures de la FAF n’ayant pas levé le petit doigt pour corriger la bourde de l’une de ses structures», souligne Hacen Mahmah, le vice-président de la katiba des 47 chahids…

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!