Les Ligues cesseront-elles d’être une source de «gains» pour la famille et les amis ? | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020





Le coin du referee

Les Ligues cesseront-elles d’être une source de «gains» pour la famille et les amis ?

04 octobre 2020 à 10 h 31 min

A la veille du renouvellement des Ligues que sont les structures de gestion du football de la base jusqu’au sommet de la hiérarchie, faut-il savoir que ces derniers jours, dans l’environnement immédiat de ces associations, il règne justement une effervescence cachant mal un air d’anarchie.

Pourquoi ? Certains anciens locataires de ces structures totalisant plusieurs mandats successifs sont à la recherche parmi leur secte qui colmateraient leurs défaillances de gestion comptables et brèches avec l’engagement d’éteindre toutes les mèches. Le dernier scandale de la Ligue de Bouira qui a éclaté à l’issue de la tenue des travaux de l’AGO en provoquant vagues et remous avec la promesse que des langues vont se délier pour dénoncer et aller jusqu’au bout, a donné à réfléchir à ceux ayant laissé derrière eux plusieurs trous.

Mis à part ceux qui ont été bien et même très bien servis, et si les nombreux autres membres de l’AG de certaines Ligues de football ne changeront pas d’avis, d’irréfutables dénonciations et d’accablantes révélations de ce qui s’était passé durant les saisons antérieures de viles et basses pratiques qui ont sévi, plusieurs présidents ne seront pas du tout ravis. Des cas similaires et par moments plus graves ont été commis dans d’autres ligues.

Il suffit juste de bien piocher dans les dossiers de remboursement des frais de mission des membres «influents» des Ligues durant les quatre dernières années pour découvrir de grandes intrigues. Revisiter dans le détail des dossiers des formations spécialisées (entraîneurs et arbitres) et la destination réelle (bénéficiaires) de gains réalisés.

L’autre question lancinante est celle relative au statut d’expert que la Fédération persiste à faire perdurer au bas de la pyramide pour des desseins obscurs et sordides. Comment est-ce possible d’imaginer qu’un président de ligue «décide» qu’un ancien arbitre de wilaya ou même régional sans références intellectuelles ni vécu sportif solide puisse être mis avant un arbitre fédéral ou international comme expert ? Désormais, c’est le monde à l’envers !

Décidément, même avec de l’âge, la malversation, la mauvaise intention, les passe-droits et le parrainage sont toujours d’usage dans les milieux marécageux et nauséabonds de l’arbitrage. Morale de l’histoire : «Si la médiocrité ne reconnaît rien qui lui soit supérieur, l’excellence, elle, reconnaît le vrai génie» (Arthur Conan Doyle).

Par Salim Oussaci

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!