La dérive actée | El Watan
toggle menu
dimanche, 03 juillet, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Commentaire

La dérive actée

24 octobre 2021 à 10 h 05 min

Le top départ de la saison footballistique a été donné vendredi la rencontre CSC- MCO (0-1). La nouvelle saison a été lancée sans que des dispositions statutaires et règlementaires ne soient vraiment prises en considération.

Ce qui importait le plus aux yeux qui sont aux manettes de la hiérarchie du football c’est de lancer la caravane sas avoir, préalablement, régler tous les problèmes en souffrance. Ils sont beaucoup plus nombreux que ne l’imaginent ceux qui ont fait un forcing pour que la compétition reprenne ses droits. Est-il logique d’entamer une nouvelle saison avec tous les problèmes en suspens? Les nouveaux statuts de la FAF attendent dans les tiroirs depuis quatre mois.

Même chose pour trois importantes ligues de football (LFP, LNFA et LIRF) qui sont sans direction légale, élue depuis plus d’une année. Au mépris des statuts et des lois nationales ces ligues activent en l’absence d’un président et d’un bureau élu. Sur le double plan de la morale et de l’éthique, les trois ex-présidents qui gèrent encore les trois ligues sans mandat de l’assemblée générale sont en infraction.

Les statuts de leur ligue respective prévoient que la vacance du poste ne peut dépasser soixante jours. Pire que cela, ils ambitionnent de briguer un nouveau mandat (ils en ont le droit) en continuant à gérer la ligue, à faire campagne avant l’heure, en utilisant les moyens de la ligue. Il y a là un conflit d’intérêt flagrant. Ils prennent des longueurs d’avance sur les potentiels candidats à la présidence de ces ligues. Aucune voie autorisée ne s’est élevée pour dénoncer cette situation ubuesque d’individus qui utilisent le pouvoir et le moyen de la ligue pour gagner les prochaines élections qui ne sont pas encore programmées.

Lorsque le défunt président Abdelaziz Bouteflika a été déchu, feu Ahmed Bensalah, ex-président de l’APN et du sénat a été désigné pour assurer la transition avant la prochaine élection présidentielle à laquelle il ne pouvait pas être candidat. Il a été intronisé chef de l’état. Il n’avait pas le droit de se présenter à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019. Les ex-présidents des trois ligues indiquées devraient être dans la même situation qu’Ahmed Bensalah.

Pourquoi ce laxisme? Pourquoi ce silence complice de toutes les parties? Pour couvrir l’innommable? En trois saisons consécutives, la fédération a changé autant de fois le système de compétition et s’apprête à le faire pour la quatrième fois consécutive lors de la saison 2022-2023. Cette instabilité du système de compétition à nulle part ailleurs.

Chaque saison, la fédération le modifie sans recourir au vote de l’assemblée générale, organe souverain et délibérant de la fédération. En France, par exemple, la 3 F a annoncé la modification du système de compétition en 2023-2024…en 2020. La FAF ne s’encombre pas du principe de respect des la règlementation. Elle change le système de compétition comme et quand cela lui plait. Les clubs amateurs engagés auprès des ligues de wilaya et régionale ne sont pas consultés sur la modification du système de compétition qui leur est imposé par le haut de la hiérarchie du football.

Eux aussi ils sont coupables par leur silence et docilité. Le football amateur demeure le parent pauvre du football algérien. A croire qu’en Algérie il n’existe que l’équipe nationale et les équipes professionnelles. Il faut une autre stratégie, d’autres hommes et compétences pour espérer sauver un football en pleine dérive.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!