Mouloud Iboud. JS Kabylie : La conférence de presse perturbée par des ultras | El Watan
toggle menu
mercredi, 20 janvier, 2021
  • thumbnail of elwatan22112020




Mouloud Iboud. JS Kabylie : La conférence de presse perturbée par des ultras

07 janvier 2021 à 10 h 20 min

Les représentants des médias à Tizi Ouzou étaient conviés hier, à 11h, à une conférence de presse au siège du club sis à la Nouvelle-ville, que devait animer le porte-parole du club, Mouloud Iboud.

Ayant eu vent de la tenue de cette rencontre dont l’information a été rendue publique lundi soir sur la page officielle de la JSK, des supporters ont investi les lieux une demi-heure avant son coup d’envoi aux cris de «La direction dégage !» et «Tatnahaw gaâ», pour signifier leur mécontentement suite à l’instabilité chronique qui affecte leur club fétiche depuis l’intronisation de Cherif Mellal en 2018.

Très jeunes pour la plupart d’entre eux, ces ultras étaient visiblement décidés à en découdre verbalement avec le boss de la formation kabyle, qui était retenu à la résidence du club où se déroulait une opération de désinfection suite à la détection, la veille du match de Coupe de la CAF contre l’USGN du Niger, de 4 cas de Covid-19 parmi l’effectif de la JSK. En son absence, c’est à Mouloud Iboud qu’échoit la mission de prendre langue avec les protestataires massés devant le bâtiment.

Le ton monte rapidement et les accusations fusent de partout. Inhabituellement, les supporters ne sont pas parés des couleurs jaune et vert du club, ni banderole ni écharpe, juste des mots pour dire leur «ras-le-bol» face à ce qui se trame dans la maison kabyle depuis l’arrivée de Cherif Mellal à la tête de la JSK et cette crise latente qui couve. Pour parer à toute éventualité, des policiers en civil et en tenue de BMPJ ceinturaient la foule, tandis que d’autres protégeaient l’entrée principale du siège, où se trouvaient des dirigeants de la JSK.

Tout le monde veut vider son sac, des voix réclament un peu de discipline et moins de bouhaha pour faire parvenir dans le calme les doléances aux dirigeants concernés. Peine perdue. Des délégués désignés par leurs pairs pour résumer au porte-parole de la JSK le fond de leurs pensées seront vite interrompus par d’autres orateurs bouillonnant de colère.

«41 JOUEURS ET 9 ENTRAÎNEURS ONT QUITTé LE CLUB EN 3 ANS»

«Vous avez failli sur toute la ligne. Pas moins de 41 joueurs ont quitté le club et 9 entraîneurs se sont succédé à la barre technique en moins de 3 ans, le dernier en date est Youcef Bouzidi, qui a réussi à y remettre de l’ordre en moins d’un mois d’exercice», lance un contestataire à Mouloud Iboud, qui tentera de trouver les bons arguments pour convaincre et défendre sereinement le bilan de sa direction, accusée de tous les maux depuis quelque temps déjà. «Sous le règne du défunt président Hannachi, vous dénonciez l’instabilité de l’encadrement et le changement d’entraîneurs, mais voilà que vous commettez les mêmes erreurs. Vous défendez Mellal car vous avez peur de perdre vos privilèges et votre salaire, soyez courageux M. Iboud, déposez votre démission !» renchérit un autre intervenant.

Décontenancé par les remontrances des supporters, l’ancien capitaine d’équipe du Jumbo-Jet finira par abandonner la partie pour rejoindre son bureau. Pour la direction de la JSK, il était impossible d’organiser la conférence de presse dans une telle ambiance électrique, préférant ainsi la reporter sine die. «Le porte-parole de la JSK, Miloud Iboud, a annulé la conférence de presse qu’il devait animer au siège du club ce matin, à 11h. Offusqué et touché dans son amour propre par des propos déchirants venant d’un ‘‘supporter’’ qui lui a balancé : ‘‘Toi, tu ne fais pas parti de l’histoire de la JSK’’, l’ancien capitaine international emblématique des Canaris a quitté immédiatement le siège en prenant le soin d’annoncer l’annulation du point de presse qu’il devait tenir», a indiqué la direction de la JSK dans un communiqué, signalant qu’«un groupe de 20 individus se prétendant supporters de la JSK a pointé ce matin (mardi) devant le siège du club demandant à discuter avec les dirigeants. Iboud n’a pas hésité à aller à leur rencontre et les écouter.

Un échange auquel, malheureusement, il a été contraint de mettre un terme au bout de dix minutes de discussions, et ce, après qu’il s’est senti blessé par un des présents qui a porté atteinte à sa dignité et à son honneur». Selon la même source, «la direction de la JSK ne restera pas les bras croisés pour dénoncer et se réserve le droit d’user des moyens légaux afin de mettre un terme à ces passe-droits et dépassements, venant de certains individus aux visées bien connues».


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!