Il ne faut pas jouer avec le feu | El Watan
toggle menu
lundi, 15 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Commentaire

Il ne faut pas jouer avec le feu

14 avril 2021 à 9 h 48 min

Qui veut pousser le sélectionneur national, Djamel Belmadi, vers la porte de sortie ? A priori, ils seraient nombreux à pousser dans cette direction. Les événements se sont enchaînés depuis l’audience que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a accordée au sélectionneur national.

Ce tête-à-tête est intervenu à une période charnière située entre le dernier match qualificatif à la CAN-2022 et la tenue de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la FAF. La rencontre entre les deux hommes a été confirmée plusieurs jours plus tard par le premier magistrat du pays et a fait taire ceux qui ont juré, la main sur le cœur, qu’il n’y a pas eu de rencontre Tebboune-Belmadi. Sans le vouloir, le sélectionneur national s’est retrouvé pris dans l’engrenage d’une spirale infernale et dont la première victime sera l’équipe nationale.

Djamel Belmadi a eu beau dire qu’il n’est l’homme de personne, des cercles qui gravitent autour de l’équipe nationale et de la Fédération ont redoublé de férocité et le travail de sape pour l’éloigner de la sélection. Ils sont sur le point de réussir à faire aboutir leur plan machiavélique. Les mises en garde de Djamel Belmadi ne leur ont pas fait peur. Un jour, c’est la démission du sélectionneur qui est annoncée avec fracas.

Un autre jour, la rumeur est relayée sur des plateaux télés, sans oublier les «sources» fafiènnes qui n’ont pas arrêté de souffler le chaud et le froid au fur et à mesure qu’approchait l’échéance de la fin de mandat du bureau fédéral sortant. Les gardiens du temple et leurs affidés, tous partisans de la politique de la terre brûlée et après moi le déluge, ont redoublé de férocité même après le communiqué de Djamel Belmadi qui s’est exprimé sur les derniers événements qui se sont produits depuis le dernier regroupement des verts.

A ceux qui l’ont accusé d’avoir voulu peser de tout son poids dans le choix du prochain président de la Fédération, il a tout réfuté et réitéré sa position d’absolue neutralité sur ce dossier. Alors que la fièvre n’était pas encore tombée, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderaouf Bernaoui, est venu ajouter une couche supplémentaire à ce feuilleton et contredire les déclarations de Djamel Belmadi formulées à Sidi Bel Abbès, Oran et Alger sur sa non-implication sur le choix de l’assemblée générale.

Dans une interview accordée à la télévision Essalam lors de l’émission “60% Foot”, l’ancien ministre a révélé que Djamel Belmadi a plaidé en sa faveur auprès du président de la République pour qu’il soit le futur président de la FAF. La déclaration de Raouf Bernaoui a été reprise dans l’interview publiée sur les colonnes du même journal.

Cette déclaration mettra sans nul doute dans l’embarras le sélectionneur national et beaucoup d’autres acteurs qui ont pesé de tout leur poids pour que le choix du futur président de la FAF passe comme une lettre à la poste. En fin de compte, toutes les lectures sont permises. Surtout celle qui évoque un complot pour précipiter le départ de Djamel Belmadi de la barre technique.

Ce dernier épisode ne manquera pas, certainement, de faire réagir le premier concerné, Djamel Belmadi. C’est sa parole qui est en train d’être mise en doute et très sérieusement. Ceux qui caressent l’espoir de le voir quitter le navire ne se seraient pas pris autrement. Il ne faut pas jouer avec le feu.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!