ES Sétif : La manne qui fait «bondir»… | El Watan
toggle menu
mardi, 04 août, 2020
  • thumbnail of elwatan04082020




ES Sétif : La manne qui fait «bondir»…

30 juillet 2020 à 9 h 45 min

Au moment où des grosses cylindrées font leur marché, préparant activement la saison prochaine, le club phare de Aïn Fouara attend désespérément l’entreprise publique promise le 1er novembre 2014, avant et après le deuxième sacre de champions de la Ligue africaine, est, une fois de plus, empêtré dans le récurrent problème financier.

En l’absence du nerf de la guerre, l’Aigle noir sétifien risque une nouvelle saignée. Sans le sou depuis plus de sept mois, les joueurs qui n’ont pas été régularisés à la fin de juin dernier, comme promis, montent au créneau. Las d’attendre une régularisation qui n’arrive pas, certains joueurs franchissent le pas, mettent en demeure la direction du club. Celle-ci est sommée de régler le problème sous quinzaine.

Aux dernières nouvelles, les partenaires de Karaoui encaisseront deux mois de salaires, juste après les fêtes de l’Aïd. En fin de contrat, Ferhani, Bouguelmouna et Redouani, sollicités par les «nantis» n’ayant aucun souci de trésorerie, ne vont pas rempiler. Ne cadrant plus avec les plans et la philosophie de Nabil Kouki, le latéral droit, Redouani est annoncé à l’USMA.

N’ayant pas joué depuis le mois d’octobre de l’année dernière Bouguelmouna,percevant mensuellement 280 millions de centimes pour ne rien faire, est semble-t-il convoité par le MCA. Sur demande et insistance du coach, la direction voudrait convaincre les deux autres leaders du groupe, en l’occurrence Karaoui et Draoui, de rempiler.

Le départ de Ghacha pour le club belge d’Antwerp et du jeune Kendoussi qui intéresserait le CSKA Sofia (Bulgarie) et deux clubs espagnols (Levante et Valladolid) revient au devant de la scène.

Contacté par El Watan, Azzedine Arab, le Président du conseil d’administration de la SSPA, n’esquive aucune question, pointe du doigt le «réveil» de la vieille garde utilisant tous les moyens pour reprendre les commandes du club : «Après une longue période d’hibernation, les pêcheurs en eaux troubles déclenchent une autre campagne de déstabilisation. Réalisée dans la discrétion totale, la réussite du transfert de Boussouf n’a pas été du goût de nos détracteurs, intoxiqués en outre par la bouffée d’oxygène.

L’encaissement de 21 milliards de centimes (représentants le transfert de Boussouf et les subventions des autorités locales) qui devrait nous permettre de régulariser nos joueurs, les entraîneurs et les autres salariés du club, dans les prochains jours, incommode les tireurs de ficelles.»

Concernant l’effectif, rien ne se fait sans le consentement du coach, pas disposé à libérer Ghacha et Kendoussi. «N’ayant pas les moyens financiers pour les ‘‘gros salaires’’ de plus de 2 millions de dinars, nous avons fait des propositions aux joueurs en fin de contrat, invités à revoir à la baisse leurs exigences financières. Le challenge sportif de la formation devant renouer avec la Champion’s ligue africaine va peser», précise notre interlocuteur pour lequel la FAF a choisi l’option de la majorité.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!