CR Belouizdad : Achour nous a quittés | El Watan
toggle menu
mardi, 19 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021




CR Belouizdad : Achour nous a quittés

19 septembre 2020 à 10 h 40 min

Achour, de son vrai nom Louahdi Hassan, l’ancien ailier gauche du CR Belouizdad et de l’équipe nationale, s’est éteint jeudi à l’âge de 82 ans.

Il a été le témoin de l’évolution du football algérien post- indépendance. Mieux que cela, il a été un acteur central du passé glorieux du Chabab avec qui il a gagné tous les titres en jeu à l’époque, championnat, coupe d’Algérie, Coupe maghrébine, en compagnie de ses talentueux coéquipiers qui ont écrit l’une des plus belles pages du football algériens (1964-1970).

Achour a vu le jour le 4 mars 1938 à Sétif. C’est dans le quartier Mont-Fleury à El Annasser, ex-Ruisseau, qu’il a commencé à jouer au football, d’abord avec ses amis du quartier, ensuite au CA Belcourt en catégorie jeunes. Lors de la première saison post-indépendance (1962-1963), il a signé une licence seniors à l’OMR en même temps que son ami Ahcène Lalmas. La saison suivante, ils rejoignent le CRB. C’était le début de la grande aventure avec le Chabab.

Achour était un équipier modèle. Rapidement, il était devenu un élément indispensable dans l’échiquier belouizdadi et de l’équipe nationale, dont il a porté le maillot 33 fois. Il a eu l’insigne honneur de marquer le premier but des Verts dans leur parcours en Coupe d’Afrique des nations.

Cela s’est passé en février 1967 contre le Mali, à Bamako. C’était lors du premier match de l’Algérie dans la compétition majeure de la CAF, c’est-à-dire la CAN. C’était un match des éliminatoires de la CAN-1968 qui s’est déroulée en Ethiopie. Un match réussi de bout en bout avec un doublé signé Achour et un but de Ahcène Lalmas. A l’époque, l’équipe nationale était dirigée par le Français Lucien Leduc.

Durant les années fastes du grand Chabab, Achour était un titulaire indiscutable. Léger comme une plume, rapide comme un éclair, il jouait juste, débordement, centre. Son pied gauche était magique. Son entente avec Ahcène Lalmas débordait les limites du terrain. Dans le jeu, ils se retrouvaient sans avoir besoin de se voir. Il était apprécié par ses entraîneurs et coéquipiers. Sa gentillesse n’avait d’égal que son talent de passeur de balles de but. Cet ancien joueur modèle, un homme droit, fidèle en amitié, est parti l’année du sacre de son club et deux ans, presque jour pour jour, du décès de celui qui a le plus symbolisé la légende du CRB, Ahcène Lalmas.

Depuis hier, il repose à Garidi pas loin de son ami Ahcène Lalmas. Dans l’histoire du Chabab, Louahdi Hassan dit Achour occupera pour l’éternité une bonne place. En ces pénibles et douloureux instants, la rédaction sportive d’El Watan présente ses condoléances à la famille et aux enfants du défunts (Krimo et Sid Ali) et à la famille du CR Belouizdad. «A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons.»


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!