Ville d’El Qods occupée : Israël multiplie les agressions contre les Palestiniens | El Watan
toggle menu
dimanche, 26 septembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021





Ville d’El Qods occupée : Israël multiplie les agressions contre les Palestiniens

11 mai 2021 à 10 h 20 min

De nouvelles agressions des forces d’occupation israéliennes contre les Palestiniens, hier matin sur l’esplanade des Mosquées à El Qods-Est, ont fait plus de 300 blessés, en majorité palestiniens, après un week-end de violences dans la ville sainte. Selon le Croissant-Rouge palestinien, plus de 305 Palestiniens ont été blessés, dont plus de 200 évacués en urgence vers des hôpitaux. Des sources hospitalières ont fait état de nombreuses blessures au visage et aux yeux par des balles en caoutchouc.

En début d’après-midi, l’agression israélienne a cessé sur l’esplanade, troisième lieu saint de l’islam situé dans la vieille ville et dont l’accès a été limité en journée aux fidèles âgés de 40 ans et plus. Mais la situation restait tendue.

La reprise des violences israéliennes a coïncidé avec la Journée d’El Qods. Des colons juifs, sous la protection de la police israélienne, ont essayé de prendre d’assaut les bourgades d’Issawya et Al Tour, selon les médias palestiniens. Ils ont été stoppés par les habitants, provoquant des affrontements. Au moins 14 personnes ont été blessées par les forces d’occupation israéliennes dans le quartier de Chekh Jarrah. D’autres affrontements ont éclaté dans la bourgade de Silwan, a indiqué la même source. Dans le même contexte, les forces d’occupation israéliennes ont agressé dimanche soir des Palestiniens dans la région de Bab Al Amoud, à El Qods occupée.

Face à l’escalade israélienne, une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU était prévue plus tard dans la journée d’hier, à la demande de la Tunisie, sur la situation à El Qods-Est, secteur palestinien occupé par Israël depuis plus de 50 ans. Les appels internationaux au calme se sont multipliés ces deux derniers jours. L’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a dénoncé une «agression barbare» des forces israéliennes, et le chef du mouvement Hamas, Ismaïl Haniyeh, a averti que la «résistance» palestinienne «ne restera pas les bras croisés».

La question d’El Qods constitue l’une des principales pierres d’achoppement dans les négociations de paix israélo-palestiniennes, au point mort depuis plusieurs années. Les Palestiniens ambitionnent de faire du secteur oriental la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Israël a proclamé par contre l’ensemble de Jérusalem sa capitale «éternelle et indivisible», ce qui est contraire à la légalité internationale.

Vendredi soir, plus de 200 personnes, en grande majorité des Palestiniens, ont été blessées dans les plus violentes attaques israéliennes depuis 2017 sur l’esplanade des Mosquées, lieu de hautes tensions. L’un des vecteurs des tensions ces dernières semaines à El Qods-Est est le sort de familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah menacées d’expulsion au profit de colons juifs.

L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a annoncé qu’elle tiendra mardi prochain une réunion d’urgence au niveau des délégués permanents, à la demande de la Palestine, pour discuter de l’escalade des attaques israéliennes à El Qods. La réunion examinera le plan des autorités d’occupation israéliennes visant à déplacer de force des dizaines de familles palestiniennes de leurs maisons du quartier de Cheikh Jarrah, a indiqué l’Organisation dimanche dans un communiqué.

L’accent sera également mis sur les violations continues contre les lieux saints islamiques et chrétiens, en particulier la Mosquée Al Aqsa, et les attaques contre les fidèles sur ses esplanades pour les empêcher d’y accéder, dans des tentatives de changer le statut juridique, historique et démographique d’El Qods occupée et l’isoler de son environnement palestinien, a ajouté le communiqué.

L’artillerie israélienne bombarde Ghaza

L’artillerie israélienne a bombardé hier deux sites dans la ville de Beit Lahia, au nord de la bande de Ghaza, et la ville de Rafah, dans le sud de l’enclave palestinienne, rapporte l’agence palestinienne de presse, WAFA.

Les deux missiles lancés par l’occupation sur les deux sites à l’est de Rafah et à Beit Lahia ont endommagé les propriétés et maisons palestiniennes. Par ailleurs, les forces d’occupation israéliennes ont interdit aux pêcheurs palestiniens dans la bande de Ghaza d’accéder à la mer jusqu’à nouvel ordre.

Depuis le début du siège imposé, Israël a lancé trois attaques militaires prolongées contre Ghaza, en 2008, 2012 et 2014. En 2014, sur une période de 50 jours, les forces d’occupation ont tué plus de 2100 Palestiniens, dont près de 500 enfants. Au cours de l’assaut, environ 11 000 Palestiniens ont été blessés, 20 000 maisons démolies et un demi-million de personnes ont été déplacées.

Chacune de ces attaques a exacerbé la situation déjà désastreuse de l’enclave, faisant des milliers de morts et de blessés. Des dizaines de milliers de maisons, d’écoles et d’immeubles de bureaux ont été démolis.

La reconstruction a été pratiquement impossible car le siège empêche les matériaux de construction, tels que l’acier et le ciment, d’atteindre Ghaza. Dimanche, l’aviation de l’occupation israélienne a effectué des raids sur deux positions dans la ville de Deir Al Balah, dans le centre de la bande de Ghaza.

Un avion de combat du type F-16 a bombardé deux positions à l’est de Deir Al Balah, endommageant les propriétés et maisons voisines. APS


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!