Tunisie : Le coronavirus n’a pas empêché les tensions entre les trois présidences | El Watan
toggle menu
samedi, 04 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan04072020




Tunisie : Le coronavirus n’a pas empêché les tensions entre les trois présidences

28 mars 2020 à 9 h 08 min

Elyes Fakhfakh veut gouverner par ordonnances, en ces temps de crise. La réunion de l’Assemblée fut houleuse à cause d’un récent accrochage entre un député et des syndicalistes à Sfax. La Tunisie gère néanmoins correctement la pandémie de Covid-19, selon l’OMS. 227 cas, 6 décès et 2 guérisons.

De vives tensions ont marqué la réunion d’avant-hier de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), destinée à examiner la demande d’Elyes Fakhfakh de gouverner par ordonnances, selon l’article 70 de la Constitution. Sept ministres ont accompagné le chef du gouvernement, pour s’expliquer sur la stratégie contre le Covid-19. Mais, les députés n’avaient en tête qu’à en découdre entre eux.

Règlement de comptes

Le véritable débat sur la proposition du gouvernement Fakhfakh de gouverner par ordonnances n’a commencé qu’en début d’après-midi d’avant-hier. Les députés de l’ARP se sont attardés, pendant toute la matinée, sur l’accrochage, survenu mardi dernier, entre des syndicalistes de la santé à Sfax et le député Mohamed Affes, du bloc Qarama. Le député voulait imposer sa présence dans une réunion sur le renforcement de la protection du corps de la santé dans la région, à laquelle Affes n’était pas invité. Le bloc Qarama voulait que l’ARP condamne la puissante centrale syndicale UGTT, ce que les autres blocs parlementaires, hormis Ennahdha, refusaient catégoriquement. «Nous condamnons la violence d’où qu’elle vienne.

Mais, nous ne saurions condamner la grande centrale syndicale UGTT, l’un des plus forts remparts de l’Etat, ni les syndicalistes», réplique Mustapha Ben Ahmed, député syndicaliste, président du bloc Tahya Tounes. Ce fut donc juste un échange virulent entre députés de la mouvance islamiste et ceux défendant l’Etat de droit. L’ARP n’a pris aucune décision, se limitant à demander que justice soit faite.

Concernant la gouvernance par ordonnances, l’article 70 de la Constitution stipule : «L’Assemblée des représentants du peuple peut, à la majorité des trois cinquièmes de ses membres, en vertu d’une loi et pour un motif déterminé, déléguer au chef du gouvernement, pour une durée déterminée qui ne dépasse pas les deux mois, le pouvoir de prendre des décrets lois dans le domaine de la loi.

Ces décrets lois sont soumis à l’approbation de l’Assemblée à la fin de la période en question.» En ces temps de coronavirus, Elyes Fakhfakh considère que l’application d’un tel article lui accorderait plus de facilité de manœuvres. Les islamistes d’Ennahdha (52 sièges sur 217) ont peur que cela empiète l’autorité de l’ARP, surtout que Fakhfakh entretient de bonnes relations avec le président Saïed et que le duo Saïed/Fakhfakh pourrait ignorer le Parlement.

Pour sa part, le président Saïed n’a pas activé l’article 80 de la Constitution, qui lui permet «en cas de péril imminent menaçant la Nation…», de prendre les mesures requises par ces circonstances exceptionnelles. Il adresse à ce sujet un message au peuple. Les trois présidents ne semblent pas au mieux en termes de coordination, en ces temps de crise.

Et le CoronaVirus

Ces tiraillements politiques n’ont pas empêché les équipes médicales tunisiennes de lutter, comme il se doit, contre le Covid-19, de l’avis même de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui considère la Tunisie «sur la bonne voie». L’approche tunisienne était basée sur l’anticipation. «Vu nos moyens limités, nous avons décidé d’appliquer les mesures de la phase 2 alors que le pays traversait la phase 1 de la pandémie. Nous appliquons, en ce moment, les mesures de la phase 4, alors que nous sommes en phase 3», explique Elyes Fakhfakh.

La Tunisie a décidé de fermer les écoles le 11 mars, et les espaces publics (cafés, restaurants, mosquées, etc.) le 13 mars, alors que la pandémie n’était qu’à la fin de sa première phase. Les frontières ont été fermées le 16 mars et les vols ont été définitivement suspendus le 19 mars. Seuls les vols de rapatriement sont permis.

Cette politique a apporté ses fruits puisque, jusqu’au 23 mars, sur les 89 cas enregistrés alors, 60 cas sont importés, alors que 29 cas répertoriés sont des contagions. A partir du 24 mars, les cas de contagion horizontale l’emportent. Mais, les zones de pandémie sont contrôlées et isolées. Quatre zones ont été énumérées (Djerba, La Marsa, Soukra et Lac 2) et fermées par les autorités publiques pour cerner le virus. Selon les dernières statistiques, 227 cas ont été enregistrés, engendrant six décès. Deux malades ont été guéris. La Tunisie considère que le traitement à la chloroquine est encore en phase expérimentale.

Les autorités exigent l’acquiescement du malade à l’utilisation de ce remède. Des hôpitaux ont été dédiés à la prise en charge des malades atteints de Covid-19. Les tests opérés sont passés d’une centaine par jour à plus de 300. Une cartographie nationale de la propagation sera établie sur la base de 10 000 tests, prévus la semaine prochaine. Laquelle cartographie va aider à mieux cerner la pandémie. La tension politique n’a pas empêché les structures sanitaires de faire leur travail.

 

Tunis
De notre correspondant   Mourad Sellami



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!