Tunisie : Le chef du groupe terroriste Okba Ibn Nafaa abattu | El Watan
toggle menu
vendredi, 15 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


Tunisie : Le chef du groupe terroriste Okba Ibn Nafaa abattu

22 octobre 2019 à 9 h 01 min

Les informations disponibles indiquent que Mourad Ben Hammadi Chaieb avait pris la tête de la brigade Okba Ibn Nafaa en 2015, suite à la mort de son frère, le surnommé Loqman Abu Sakhr, et de huit autres dirigeants d’AQMI dans une embuscade qui leur avait été tendue près de Gafsa.

Les forces de l’ordre tunisiennes ont abattu, avant-hier, le terroriste algérien Mourad Ben Hammadi Chaieb, surnommé Aouf Abou Mouhajir, dans le cadre d’une opération antiterroriste au mont Essif, près de la frontière algérienne. Le porte-parole du pôle antiterroriste, Soufiane Selliti, a indiqué à RFI que l’identification du terroriste algérien abattu est correcte à 99% et qu’il est le dirigeant du groupe Okba Ibn Nafaa, affilié à Al Qaîda au Maghreb islamique (AQMI). Le terroriste avait été annoncé mort à plusieurs reprises depuis l’été 2013.

Un communiqué du ministère tunisien de l’Intérieur a indiqué, hier, que le surnommé Aouf Abou Mouhajir est l’un des plus importants dirigeants d’AQMI et qu’il était activement recherché par les forces de sécurité tunisiennes depuis 2013. Le communiqué affirme que le terroriste a dirigé et participé à de nombreuses opérations, ayant fait des dizaines de victimes parmi les militaires et agents tunisiens de l’ordre, dans des opérations sur les hauteurs du Kef, Jendouba et Kassreine, en 2013/14/15.

Les informations disponibles indiquent que Mourad Ben Hammadi Chaieb avait pris la tête de la brigade Okba Ibn Nafaa en 2015, suite à la mort de son frère, le surnommé Loqman Abu Sakhr, et de huit autres dirigeants d’AQMI dans une embuscade qui leur avait été tendue près de Gafsa. Loqman et l’AQMI sont présentés par les autorités tunisiennes comme les responsables de l’opération du Musée du Bardo, qui a fait 22 victimes.

Les massifs montagneux de Kasserine restent un repaire pour des groupes terroristes, comme Jund Al Khalifa, affilié à Daech, et Aqmi. Des opérations de ratissage y sont régulièrement menées par les forces de l’ordre. La Tunisie a été confrontée après sa révolution en 2011 à un essor de la mouvance terroriste, responsable de la mort de plusieurs dizaines de soldats et de policiers, mais aussi de civils et de touristes étrangers. Même si la situation sécuritaire s’est nettement améliorée, le pays reste sous état d’urgence depuis l’attentat-suicide commis à Tunis contre la sécurité présidentielle (12 agents tués) en novembre 2015.     


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!