Territoires palestiniens occupés : L’accablant coût économique de la colonisation israélienne | El Watan
toggle menu
mardi, 25 février, 2020
  • thumbnail of elwatan25022020


  • Stream système

Territoires palestiniens occupés : L’accablant coût économique de la colonisation israélienne

04 décembre 2019 à 9 h 00 min

L’occupation israélienne a coûté à l’économie palestinienne 2,5 milliards de dollars par an au cours des deux dernières décennies, soit plus de deux fois le montant du déficit budgétaire palestinien, selon un rapport de l’ONU publié lundi.

Le coût budgétaire de l’occupation pour le peuple palestinien limite gravement la capacité de l’Etat de Palestine d’atteindre les objectifs du développement durable, selon un rapport de l’ONU publié lundi. «Le coût budgétaire de l’occupation pour le peuple palestinien, sur la période 2000-2017, est estimé à 47,7 milliards de dollars, soit trois fois l’économie palestinienne en 2017, et il continue à augmenter», selon un nouveau rapport de la Cnuced à l’Assemblée générale des Nations unies.

Le rapport intitulé «Le coût économique de l’occupation israélienne pour le peuple palestinien : aspects fiscaux» indique que le chiffre comprend les pertes de recettes publiques et les paiements d’intérêts.

Il comprend quelque 28,2 milliards de dollars d’intérêts estimés et 6,6 milliards de dollars de recettes fiscales palestiniennes, qui sont parties vers Israël. Si ces 47,7 milliards de dollars de pertes avaient été investis judicieusement dans l’économie palestinienne en proie à une grave crise financière, ils auraient permis de créer deux millions d’emplois sur une période de 18 ans, soit environ 110 000 par an.

Le document attribue notamment les pertes fiscales aux mesures imposées par l’occupation israélienne, notamment les restrictions à la libre-circulation du peuple et des biens palestiniens, le contrôle par Israël de la zone C en Cisjordanie et de tous les points de passage frontaliers, la privation du droit du peuple palestinien d’utiliser librement ses terres, ses ressources naturelles et humaines, ainsi que le fait que le gouvernement palestinien n’exerce aucun contrôle significatif sur ses ressources fiscales.

Le coût budgétaire fait partie des pertes économiques globales causées par l’occupation et se compose de deux éléments : la fuite de ressources fiscales palestiniennes vers Israël et d’autres pertes fiscales résultant des politiques et mesures imposées par l’occupation prolongée. Il est clair, cependant, que les fuites et le coût budgétaire perpétuent la fragilité budgétaire de l’Etat de Palestine et sapent sa capacité de planification et de financement du développement pour orienter l’économie vers une croissance durable.

Selon le rapport de la Cnuced repris par l’APS, l’arrêt du coût budgétaire de l’occupation exigerait un changement fondamental dans de nombreuses modalités de travail, notamment l’accès des responsables palestiniens aux points de passage frontaliers et à la zone C, des politiques d’importation et des mécanismes de surveillance des importations, ainsi que l’échange d’informations, de données et de dossiers sur les importations.

Il note que les parties israélienne et palestinienne pourraient envisager de négocier toutes les questions en suspens afin de régler les dettes accumulées envers le peuple palestinien et d’établir un mécanisme par lequel le gouvernement israélien pourrait partager avec les Palestiniens toutes les informations relatives au commerce et aux ressources fiscales palestiniennes. L’ONU maintient sa position de longue date selon laquelle une paix durable et globale ne peut être instaurée que par une solution négociée à deux Etats.

90 Palestiniens placés en détention administrative en un mois

Durant le mois de novembre, 90 Palestiniens ont été placés en détention administrative par les forces d’occupation israéliennes, fait savoir la Commission des affaires des prisonniers et ex-prisonniers. Dans un communiqué repris hier par l’agence palestinienne de presse, Wafa, la Commission a indiqué que la durée de cette détention, qui varie entre deux à six mois, est «renouvelable à maintes reprises».

La détention administrative est l’arrestation d’une personne par l’autorité militaire israélienne, sans inculpation ni jugement, pour une durée inconnue et renouvelable indéfiniment. Très critiqué par les défenseurs des droits de l’homme, ce régime permet à Israël de priver de liberté des personnes pendant plusieurs mois renouvelables indéfiniment, sans leur en notifier les raisons.

S’exprimant à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des handicapé, le chef d’unité des études et de documentation relevant de la Commission des affaires des prisonniers et ex-prisonniers palestiniens, Abd Al Nasser Farawneh, a fait savoir qu’environ 100 prisonniers souffrent de handicaps physiques (total ou partiel) et mental. Les détenus palestiniens entament fréquemment des grèves de la faim pour dénoncer leur type de détention ou leurs conditions d’emprisonnement. R. I.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!