Tensions raciales aux états-Unis : Los Angeles, Philadelphie et Atlanta imposent un couvre-feu | El Watan
toggle menu
mardi, 22 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Tensions raciales aux états-Unis : Los Angeles, Philadelphie et Atlanta imposent un couvre-feu

01 juin 2020 à 9 h 20 min

Los Angeles, Philadelphie et Atlanta font partie des villes américaines ayant annoncé un couvre-feu afin d’endiguer de violentes manifestations et des émeutes qui ont éclaté à travers les Etats-Unis pour dénoncer la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, lundi à Minneapolis lors de son interpellation par la police. Des couvre-feux nocturnes similaires ont également été mis en place dans le Kentucky, notamment à Louisville.

Le décès de George Floyd a ravivé les plaies raciales des Etats-Unis. Il est devenu un nouveau symbole des brutalités policières contre cette communauté. Brandissant des pancartes barrées de slogans comme «Arrêtez de nous tuer» et «La vie des Noirs compte», des manifestants ont réclamé «Justice pour George Floyd» devant la résidence de Donald Trump.

Une vidéo devenue virale et filmée lundi dernier par des passants montre un policier blanc dans la ville de Minneapolis plaquer au sol George Floyd et maintenir son genou sur son cou pendant de longues minutes, alors que ce dernier dit ne plus pouvoir respirer. Depuis la diffusion de cette vidéo, des manifestations tournant à l’émeute ont éclaté à Minneapolis et dans d’autres villes de la région.

Vendredi, les manifestations avaient gagné de nombreuses villes américaines, de Détroit à Atlanta en passant par New York, Houston et la capitale Washington.

Le policier mis en cause dans la mort de George Floyd a été arrêté et inculpé vendredi d’«homicide involontaire», une mesure «tardive» et insuffisante, selon la famille du défunt. «Nous voulons une inculpation pour ‘‘homicide volontaire avec préméditation’’. Et nous voulons voir les autres agents (impliqués) arrêtés», a-t-elle affirmé dans un communiqué. Réagissant aux violences, le président Donald Trump a tenu un discours menaçant vis-à-vis des émeutiers.

Il a promis samedi de stopper les manifestations violentes contre les brutalités policières. «Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas laisser un petit groupe de criminels et de vandales détruire nos villes et saccager nos communautés», a déclaré M. Trump. «Mon administration va stopper la violence collective.

Et nous allons la stopper net», a-t-il averti. M. Trump a estimé que les émeutiers déshonoraient la mémoire de George Floyd, affirmant que «la violence et le vandalisme sont menés par Antifa et d’autres groupes de l’extrême gauche radicale».

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche, Joe Biden, a condamné aussi les violences, tout en estimant que les Américains avaient le droit de manifester contre la brutalité policière. «Manifester contre une telle brutalité est un droit et une nécessité.

C’est une réaction éminemment américaine», a déclaré le candidat dans un communiqué. «Mais mettre le feu à des villes et la destruction gratuite ne l’est pas. La violence qui met en danger des vies ne l’est pas», a-t-il affirmé.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!