Syrie : Qui veut faire durer la guerre ? | El Watan
toggle menu
jeudi, 23 mai, 2019
  • thumbnail of elwatan20190523

Syrie : Qui veut faire durer la guerre ?

18 février 2019 à 9 h 30 min

Le colonel François-Régis Legrier, qui commande, depuis octobre, le détachement d’artillerie français (Task Force Wagram) en Irak, vient d’établir un constat accablant de la gestion de la guerre en Syrie par les membres de la coalition internationale.

Il affirme dans un article de la Revue Défense nationale (RDN) que la victoire (sur Daech) aurait pu être obtenue plus vite et avec moins de destructions, si les Occidentaux avaient engagé des troupes au sol. «Certes, les Occidentaux, en refusant d’engager des troupes au sol, ont limité les risques et notamment celui d’avoir à s’expliquer devant l’opinion», relève le colonel Legrier. «Mais ce refus interroge : pourquoi entretenir une armée que l’on n’ose pas engager ?» poursuit l’officier, qui use d’une liberté de ton inédite pour un responsable militaire en opération.

Selon lui, 1000 combattants aguerris auraient suffi à «régler en quelques semaines le sort de la poche de Hajine et épargner à la population plusieurs mois de guerre». Il aura fallu au total «près de cinq mois et une accumulation de destructions pour venir à bout de 2000 combattants ne disposant ni d’appui aérien, ni de moyens de guerre électronique, ni de forces spéciales, ni de satellites», écrit-il encore.

La dernière grande bataille contre Daech, livrée de septembre à décembre dans la poche de Hajine, dans l’est de la Syrie, «a été gagnée, mais de façon très poussive, à un coût exorbitant et au prix de nombreuses destructions», affirme encore l’officier dont les propos sont rapportés par RFI.

Les djihadistes de l’EI ne tiennent plus désormais qu’une parcelle d’un demi-kilomètre carré dans la province de Deir Ezzor (est), tout près de la frontière irakienne. Et le président américain, Donald Trump, a assuré vendredi que des annonces interviendraient «dans les 24 heures» sur la «fin du califat» autoproclamé.

Y a-t-il eu, de la part de la coalition internationale, une volonté délibérée de faire durer la guerre et de faire le maximum de dégâts ? Le colonel François-Régis Legrier ne répond pas à la question. Il précise seulement que la coalition internationale anti-EI sous commandement américain a essentiellement procédé à des opérations aériennes en appui des FDS, à l’exception de quelques forces spéciales au sol, notamment américaines et françaises. «En l’espace de six mois, plusieurs milliers de bombes ont été déversées sur quelques dizaines de kilomètres carrés avec comme résultat principal la destruction des infrastructures» (hôpitaux, routes, ponts, habitations, etc.), insiste-t-il.

La coalition a «renoncé à sa liberté d’action et perdu la maîtrise du tempo stratégique» en «sous-traitant» aux FDS la conduite des opérations au sol, a affirmé l’officier français. Bien entendu, les propos du colonel François-Régis Legrier n’ont pas plu au niveau de l’état-major français des armées, qui a ordonné la suppression de son article du site de RDN. La guerre en Syrie aurait-elle commencé à livrer ses secrets ?

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!