Cameroun : Sept autres militants de l’opposition condamnés à de la prison ferme | El Watan
toggle menu
mercredi, 29 juin, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Cameroun : Sept autres militants de l’opposition condamnés à de la prison ferme

29 décembre 2021 à 10 h 17 min

Sept militants du parti du principal opposant camerounais Maurice Kamto ont été condamnés à sept ans de prison ferme, notamment pour «rébellion», a déclaré hier un responsable de cette formation politique, cité par l’AFP.

«Nos sept camarades ont été condamnés à des peines de sept ans de prison ferme», a déclaré le secrétaire général du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Christopher Ndong.

Parmi eux, Pascal Zamboue, coordinateur national, et Mispa Awasum, présidente nationale des femmes du MRC, ont été condamnés par le tribunal militaire de Yaoundé notamment pour «rébellion» et «tentative d’insurrection».

Lundi, 47 militants du MRC, dont son porte-parole et son trésorier, ont été condamnés pour les mêmes motifs à des peines allant de un à sept ans de prison ferme.

Plusieurs militants ont été arrêtés le 22 septembre 2020 alors que leur parti, le MRC, et plusieurs autres projetaient des «marches pacifiques» contre le régime du président Paul Biya, 88 ans, au pouvoir sans partage depuis 39 ans.

La police a très violemment dispersé des centaines de manifestants, notamment à Douala, la capitale économique, dans le sud du pays. Plus de 500 manifestants ont été arrêtés dans plusieurs villes du pays. Et 124 sont toujours détenus, selon le MRC.

En septembre, un collectif d’avocats a renoncé à défendre une centaine de militants du MRC, dénonçant «l’arbitraire» et «l’illégalité de leur détention».

Maurice Kamto, rival malheureux du chef de l’Etat réélu en 2018 dans un scrutin contesté par l’opposition, se présente comme «le président élu» et a été emprisonné sans procès neuf mois durant en 2019, avant d’être relâché à l’issue d’intenses pressions internationales.

Les autorités ont assuré à plusieurs reprises que les personnes arrêtées le 22 septembre sont poursuivies, notamment, pour «tentative d’insurrection» ou «révolution». Certaines ont déjà été condamnées pour ces chefs d’accusation.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!