Selon les Nations unies : Les départs de migrants depuis la Libye sont en hausse | El Watan
toggle menu
mardi, 25 février, 2020
  • thumbnail of elwatan25022020
  • Stream système



Selon les Nations unies : Les départs de migrants depuis la Libye sont en hausse

23 novembre 2019 à 8 h 48 min

Les Nations unies ont fait état, hier, d’une «recrudescence» des départs de migrants depuis la Libye, après de nouveaux raids sur Tripoli et les environs de la capitale libyenne, théâtre d’affrontements meurtriers depuis avril.

Dans un communiqué cité par l’AFP, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fait part de son inquiétude face «aux derniers développements en Libye où, en 48 heures, au moins neuf bateaux transportant plus de 600 migrants ont été découverts sur la route méditerranéenne centrale». «Cinq d’entre eux ont été pris en charge par des navires d’ONG, Ocean Viking et Open Arms, et quatre d’entre eux ont été renvoyés en Libye», a déclaré une porte-parole de l’OIM, Safa Msehli, lors d’un point de presse à Genève. Un dixième bateau est arrivé par «ses propres moyens» le 21 novembre à Lampedusa, en Italie, avec 74 personnes à son bord, a précisé l’OIM.

«Cette recrudescence apparente des départs de Libye survient à un moment où la capitale, Tripoli, et les régions avoisinantes sont témoins de certains des bombardements les plus violents depuis le début du conflit en avril», a relevé l’OIM.

Depuis la chute du régime de Mouammar El Gueddafi en 2011, la Libye est déchirée par des conflits fratricides. Certaines puissances étrangères sont accusées d’y mener une guerre par procuration depuis l’offensive, lancée début avril 2019, par le maréchal Haftar contre la capitale libyenne, siège du Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU. Ces combats ont déjà fait plus de 1000 morts et 120 000 déplacés, selon l’ONU.

Depuis le début de l’année, plus de 8600 migrants ont été renvoyés dans des centres de détention libyens souvent surpeuplés, où les Nations unies «ont constaté des conditions inacceptables, des violations des droits humains et des disparitions», souligne l’OIM. Fin octobre, l’Italie a décidé le renouvellement d’un accord très controversé mais jugé efficace, signé en 2017 avec la Libye, prévoyant d’aider financièrement et de former les garde-côtes libyens pour bloquer les départs de migrants, avec le soutien de l’Union européenne. Avec le soutien européen, l’Italie a formé et équipé les gardes-côtes libyens et continue de les assister en vertu de cet accord.

R. I.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!