Séisme et tsunami en Indonésie : Le bilan humain dépasse les 1200 morts | El Watan
toggle menu
vendredi, 15 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


Séisme et tsunami en Indonésie : Le bilan humain dépasse les 1200 morts

03 octobre 2018 à 0 h 07 min

De 844 morts à 1234. Le bilan du séisme et du tsunami qui ont durement frappé l’île des Célèbes, en Indonésie, vendredi, ne cesse de s’alourdir à mesure que les secours déblaient les décombres et parviennent à établir le contact avec les villages isolés.

Le séisme de magnitude 7,5 sur l’échelle de Richter et le tsunami qui a suivi, avec des vagues atteignant six mètres, ont particulièrement dévasté la ville côtière de Palu (350 000 habitants) à 78 km de l’épicentre, ainsi que la région de Donggala, plus au nord. Mais les dégâts sont considérables sur l’ensemble de l’île des Célèbes. Eu égard à l’ampleur du drame, Joko Widodo a décidé d’accepter hier l’aide étrangère que 18 pays et de nombreuses ONG ont jusqu’ici proposée. Les habitants manquent de tout : nourriture, eau potable, carburant ou médicaments.

Les réseaux électriques et de télécommunications ont été très endommagés, et les sauveteurs manquent d’équipements pour rechercher les survivants dans les décombres. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Unocha) estimait lundi à 191 000 le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire d’urgence, dont 46 000 enfants et 14 000 personnes âgées.

Alors que les autorités avaient toléré ces derniers jours que la population se serve dans les magasins devant le manque d’approvisionnement et l’aide qui tardait à venir, la police a arrêté ce mardi 35 personnes pour avoir volé des ordinateurs et de l’argent et s’est engagée à arrêter les pillages.

Le président indonésien, Joko Widodo, a ordonné l’envoi de secours supplémentaires pour rechercher les victimes et faire également en sorte d’éviter les pillages. Dans ce contexte, les secouristes avancent difficilement. La destruction de ponts et routes stratégiques complique aussi le travail des secouristes.

Le district montagneux de Siri Biromaru, au sud-est de Palu, est particulièrement difficile d’accès et les secouristes sont confrontés à une marche exténuante pour récupérer les victimes. «Le problème le plus important est de marcher dans la boue pendant une heure et demie tout en portant les corps», rapporte à l’AFP Aulia Arriani, porte-parole de La Croix-Rouge.

Les morts pris au piège dans les décombres des bâtiments dévastés par le séisme de magnitude 7,5 sont un motif d’inquiétude pour les autorités. Dans le climat équatorial chaud et humide qui prévaut en Indonésie, la décomposition est accélérée et fournit un terrain propice aux maladies. A Poboya, dans les collines surplombant Palu, les volontaires ont d’ailleurs commencé à enterrer les victimes dans une vaste fosse commune, d’une capacité pouvant aller jusqu’à 1300 corps.

Nouvelle illustration de la vulnérabilité tectonique de l’Indonésie, le pays a de nouveau subi hier matin une série de secousses, qui se sont produites toutefois à des centaines de kilomètres de Palu. Selon l’institut géologique américain USGS, un premier séisme de magnitude 5,9 a été enregistré à 1h59 (heure française), à une profondeur de 10 km et à environ 40 km au large de l’île de Sumba, où vivent 750 000 personnes. Une deuxième secousse de magnitude 6 a suivi quinze minutes plus tard dans le même secteur à une profondeur de 30 km.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!