Sahel : Le Tchad va cesser de participer à des opérations antiterroristes | El Watan
toggle menu
mercredi, 22 septembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021




Sahel : Le Tchad va cesser de participer à des opérations antiterroristes

12 avril 2020 à 7 h 02 min

L’armée tchadienne, engagée dans la lutte antiterroriste au Sahel et autour du Lac Tchad, va cesser de participer à des opérations militaires en dehors de ses frontières.

L’annonce a été faite par le président Idriss Déby Itno, dans un reportage diffusé vendredi par la télévision tchadienne. «Nos soldats sont morts pour le Lac Tchad et pour le Sahel. A compter d’aujourd’hui, aucun soldat tchadien ne participera à une opération militaire en dehors du Tchad», a-t-il déclaré.

Pourquoi cette décision extrême ? Le président tchadien digère mal semble-t-il la passivité des autres Etats de la région face à la menace terroriste. Si aucun pays n’a été cité, on sait tout de même que le Nigeria, le Niger et le Cameroun sont directement liés au bassin du Lac Tchad. L’armée tchadienne a dernièrement subi des pertes lourdes dans la lutte contre le terrorisme. Elle a perdu une centaine de soldats dans une seule attaque de Boko Haram. Dans une offensive destinée à chasser le groupe terroriste nigérian du Lac Tchad, N’Djamena a encore perdu la semaine dernière 52 soldats.

Mais en contrepartie, l’armée tchadienne a, selon son porte-parole, éliminé plus de 1000 terroristes. Les autorités tchadiennes ont indiqué, le 7 avril, avoir éradiqué Boko Haram de leur territoire. «Sur l’ensemble de la zone insulaire, il n’y a pas un seul djihadiste», avait affirmé le président tchadien depuis la province du Lac, où il s’est rendu mi-mars pour diriger une riposte après l’attaque de Boko Haram sur la presqu’île de Bohoma, au cours de laquelle une centaine de militaires tchadiens avaient alors été tués. Selon Idris Déby Itno, les terroristes de Boko Haram encore libres «sont entrés soit au Niger, soit au Nigeria, soit au Cameroun».

Le président Déby n’avait cependant pas caché sa frustration envers ses trois voisins, avec qui le Tchad combat Boko Haram depuis 2015 au sein de la Force multinationale mixte (FMM). «Le Tchad est seul à supporter tout le poids de la guerre contre Boko Haram (…)», avait-il alors regretté. Boko Haram avait intensifié ses attaques dans la zone du lac ces derniers mois, poussant le Tchad à redéployer en janvier 1200 de ses soldats, qui étaient passés du territoire nigérian au sol tchadien.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!