Sahara Occidental occupé : L’Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la francophonie à Dakhla | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Sahara Occidental occupé : L’Afaspa dénonce l’implantation du siège du réseau Afrique de la francophonie à Dakhla

10 août 2020 à 9 h 12 min

L’Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (Afaspa) a dénoncé l’implantation du siège du Réseau Afrique des Maisons de la francophonie dans la ville sahraouie occupée, Dakhla, estimant que cette décision «est injuste et discourtoise».

Dans une lettre adressée à Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie, l’Association relève d’emblée que le Maroc n’a aucune souveraineté sur le territoire du Sahara occidental, considéré comme un territoire non autonome par l’ONU, pour y organiser diverses initiatives internationales. «Ce n’est pas nouveau pour le régime marocain d’organiser diverses initiatives internationales afin de donner un vernis de légitimité à sa présence illégale dans ce territoire non autonome, duquel l’Assemblée générale de l’ONU lui a demandé à plusieurs reprises de se retirer», souligne le président de l’Association, Jean-Paul Escoffier, dans cette missive.

Pour l’Association, l’installation du siège du Réseau Afrique des Maisons de la francophonie dans la ville de Dakhla, en plus du fait qu’elle est discourtoise, implique la France qui n’a jamais reconnu le Sahara occidental comme faisant partie du royaume du Maroc, tel qu’il a été réaffirmé récemment par la Cour européenne de justice. «Cette décision discourtoise conduit de fait à mettre notre pays dans l’illégalité internationale, alors que la France n’a jamais reconnu le Sahara occidental comme faisant partie du royaume du Maroc (…)», écrit l’Association, selon l’APS qui rapporte l’information.

Selon l’Afaspa, «le Maroc dispose de nombre de villes universitaires, où le français est plus communément parlé, qui seraient plus à même d’accueillir ce siège en toute légalité». Pour toutes ces raisons, l’Association sollicite «l’intervention de Jean-Baptiste Lemoyne auprès du président de ce réseau, dont l’allégeance aux visées politiques de son pays» augure mal son souci d’œuvrer pour «le dialogue des cultures et la culture du dialogue». Et de déplorer que le seul dialogue que le régime marocain entretient présentement dans le territoire du Sahara occidental «est celui de la matraque et le déni de la richesse de la culture sahraouie exclue des programmes scolaires et de la médiathèque de Laâyoune».



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!