Sahara occidental : Le Front Polisario condamne les obstacles au règlement du conflit | El Watan
toggle menu
samedi, 24 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190824

  • Pub Alliance Assurance




Sahara occidental : Le Front Polisario condamne les obstacles au règlement du conflit

16 avril 2019 à 8 h 31 min

Le secrétariat national du Front Polisario a réitéré sa condamnation des obstacles persistants imposés par le Maroc aux efforts d’une solution juste et durable au conflit du Sahara occidental, dans un communiqué rendu public au terme de sa session ordinaire.

Le communiqué, repris lundi par l’Agence de presse sahraouie (SPS) et l’APS, souligne également qu’il n’y a pas de solution au conflit du Sahara occidental sans le respect des résolutions pertinentes de l’ONU, prévoyant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Le secrétariat national a réitéré l’adhésion du Front Polisario à la Charte et aux résolutions pertinentes des Nations unies, réaffirmant qu’il n’y a pas de solution au conflit sahraoui, sans le plein respect de la volonté du peuple sahraoui, exprimée de manière libre et transparente par l’exercice de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance.

La réunion présidée par le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a abordé notamment le dernier rapport du secrétaire général des Nations unies sur le Sahara occidental, qui a fait état de «graves violations et de dépassements flagrants de la part de l’occupation marocaine de l’accord de cessez-le-feu et des droits de l’homme dans les zones occupées du Sahara occidental».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait déploré le 9 avril les restrictions imposées par le Maroc à la liberté de mouvement de son envoyé personnel, Horst Köhler, et de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso), regrettant le fait que «l’émissaire onusien n’ait toujours pas accès aux interlocuteurs locaux dans les territoires sahraouis occupés». «La Minurso n’a pas accès à des interlocuteurs locaux à l’ouest du mur de sable, ce qui continue de limiter sa capacité d’évaluer en toute indépendance la situation au Sahara occidental à des fins d’analyse ou de sécurité», avait écrit le secrétaire général dans son rapport final sur la situation au Sahara occidental, transmis au Conseil de sécurité. M. Guterres avait expliqué que ce blocage imposé par le Maroc a empêché la mission onusienne de «s’acquitter de cette partie de son mandat qui consiste à prêter assistance» à M. Köhler.

Outre l’examen du rapport du secrétaire général de l’ONU sur la situation au Sahara occidental, la réunion du Front Polisario a également évoqué «les dangers découlant de la politique de l’occupation marocaine dans la région», rapporte SPS. «La visite du président sahraoui en République d’Islande, ainsi que le grand succès de la Conférence de solidarité internationale avec la RASD, organisée par la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) ont été également évoqués», a ajouté l’agence de presse sahraouie.

Lors de cette conférence, organisée les 25 et 26 mars dernier, à Pretoria, en Afrique du Sud, les membres de la SADC ont exprimé des messages forts de soutien à la cause sahraouie et réitéré leurs positions de principe de solidarité avec le peuple sahraoui et pour son combat juste pour l’exercice de son droit inaliénable à l’autodétermination, a ajouté la même source.

La deuxième table ronde de négociations entre le Maroc et le Front Polisario, qui s’est déroulée les 21 et 22 mars à Genève, présidée par Horst Köhler, a, en outre, fait l’objet de discussions lors de la réunion du Front Polisario, a-t-on conclu.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!