Répression au Sahara Occidental occupé : Le Polisario appelle l’ONU à agir | El Watan
toggle menu
samedi, 16 novembre, 2019
  • thumbnail of 20191116


Répression au Sahara Occidental occupé : Le Polisario appelle l’ONU à agir

24 juillet 2019 à 10 h 00 min

Le président sahraoui, Brahim Ghali, a demandé lundi au secrétaire général de l’ONU de mener une enquête indépendante sur les circonstances de l’assassinat de la jeune Sahraouie, Sabah Othman Omeida, suite à la répression des forces d’occupation marocaine d’une manifestation pacifique célébrant, vendredi dernier, la victoire de l’équipe nationale algérienne en finale de la CAN-2019.

Dans une lettre adressée au chef de l’ONU, le président sahraoui a exprimé sa «condamnation de la répression marocaine et les violations persistantes des droits de l’homme» et a souligné «la nécessité pour l’ONU de prendre des mesures urgentes afin de mettre fin à la répression et aux crimes de l’occupation marocaine, crimes qui se produisent devant une Minurso amnésique».

«La présence de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso), en place sans intervenir dans ces événements dangereux, rend un témoin passif à un crime avec toutes les règles», a ajouté le président sahraoui dans sa lettre au secrétaire général de l’ONU. «Alors que le pays n’a pas encore pleinement exercé son droit à l’autodétermination et à l’indépendance, nous réitérons le besoin urgent de la Minurso d’un mécanisme efficace pour la protection et le suivi des droits de l’homme au Sahara occidental», a soutenu M. Ghali.

Le Front Polisario, dans des lettres similaires adressées au Conseil de sécurité et au secrétaire général de ONU, a déploré «les actes brutaux et criminels commis par les forces d’occupation marocaines» et indiqué que «le Maroc avait renforcé son appareil répressif et avait doublé ses opérations et se prépare à déclencher une nouvelle vague de répressions brutales dans les territoires sahraouis occupés».

Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a soutenu de son côté, hier lors d’une conférence de presse animée à Alger, que le temps est venu pour l’Onu de tout mettre en œuvre pour organiser un référendum d’autodétermination au Sahara occidental, précisant que cette situation de statu quo ne pouvait plus durer, surtout que le peuple sahraoui en souffre dans sa chair.

«La patience des Sahraouis a des limites. Les Nations unies doivent assumer leurs responsabilités avant qu’il ne soit trop tard», a martelé Mohamed Salem Ould Salek, qui accuse au passage Paris et Madrid de soutenir le Maroc et de saper les efforts consentis par la communauté internationale pour régler le conflit. «La communauté internationale doit savoir qu’il est très difficile de maintenir le peuple sahraoui dans l’attente», a-t-il ajouté.

En réponse à une question sur les négociations avec le Maroc et la démission de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Horst Köhler, M. Ould Salek a répondu : «La réalité est que, problème de santé ou pas, le Maroc a bloqué Köhler, comme il a bloqué tous ses prédécesseurs et comme il bloquera tous ses successeurs.» «Pour le Front Polisario, a-t-il poursuivi, le problème réside au niveau du Conseil de sécurité où la France appuie la position du Maroc.» Selon lui, il n’y a pas de doute possible : «La balle est dans le camp du Conseil de sécurité.» 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!