Projet d’annexion par Tel-Aviv de territoires de la Cisjordanie : Mahmoud Abbas se retire des accords avec Israël et les États-Unis | El Watan
toggle menu
samedi, 30 mai, 2020
  • thumbnail of elwatan30052020




Projet d’annexion par Tel-Aviv de territoires de la Cisjordanie : Mahmoud Abbas se retire des accords avec Israël et les États-Unis

21 mai 2020 à 9 h 15 min

Suite à une réunion élargie de la Direction palestinienne, hier, au siège de la Présidence à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le président Mahmoud Abbas a annoncé que «désormais, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et l’Etat de Palestine ne sont plus tenus par les accords et ententes conclus avec les gouvernements américain et israélien, et par toutes les obligations basées sur ces ententes et ces accords, y compris celles relatives à la sécurité».

Pour Mahmoud Abbas, toute annexion de Territoires palestiniens par Israël signifie la mort de la solution à deux Etats prônée par les Palestiniens et le reste de la communauté internationale.

Cette rupture officielle avec les Etats-Unis et l’Etat hébreu est survenue après l’annonce par le Premier ministre israélien, devant le parlement, de l’intention de son gouvernement d’annexer, dès juillet, des territoires de la Cisjordanie occupée.

Après 500 jours de crise politique ayant ébranlé l’Etat hébreu et trois élections législatives, un nouveau gouvernement d’union a reçu dimanche la confiance du parlement de l’occupation israélienne (Knesset). Le programme de ce gouvernement est basé sur l’annexion par l’Etat hébreu de toutes les colonies bâties en Cisjordanie occupée depuis 1967 et de larges parties de ce territoire palestinien, cela conformément à l’inique plan de paix américain baptisé «deal du siècle».

Mort du processus de paix

La décision de la Direction palestinienne d’abroger tous les accords conclus dans le cadre du processus de paix ouvre la voie à une confrontation directe entre Israël, la force occupante, et toutes les composantes du peuple palestinien.

Sans une intervention de la communauté internationale et une protection du peuple palestinien, comme le président Abbas l’a souhaité dans son discours, Israël, soutenu par les Etats-Unis, usera de tous les moyens à sa disposition pour imposer ses projets d’expansion visant à empêcher la création d’un Etat palestinien indépendant et viable sur l’ensemble des territoires occupés en 1967 et selon les résolutions de l’ONU.

Le plan de paix américain du président Donald Trump concocté avec les Israéliens sans la participation des Palestiniens ne laisse à ces derniers que des «bantoustans isolés et arides», entourés de toute part par des colonies israéliennes, sans aucune souveraineté et sans frontière avec les pays voisins.

Dans son discours de mardi soir, le président Abbas a catégoriquement refusé ce plan israélo-américain et appelé Israël, la force occupante, à prendre ses responsabilités envers le peuple palestinien, en application du droit international et en particulier aux conventions de Genève. «Israël doit, à partir de maintenant, remplir toutes les responsabilités et engagements devant la communauté internationale en tant que force occupante de l’Etat de Palestine, avec toutes les conséquences et les répercussions sur la base du droit international et humanitaire, en particulier, la quatrième convention de Genève de 1949», a indiqué le président palestinien.

Promesses non tenues

Ce texte fait porter la responsabilité aux autorités de l’occupation de la protection des civils sous occupation et de leurs biens. Il interdit les punitions collectives, le vol des ressources, la saisie des terres, l’exode forcé des habitants et l’installation de colons dans les terres occupées.

«Toutes ces procédures sont qualifiées de violations flagrantes du droit international et de crimes de guerre», a rappelé Mahmoud Abbas, qui, tout en critiquant l’actuelle administration américaine, a remercié les parties américaines, au niveau du Congrès ou autres, qui se sont opposées au plan de Donald Trump et à l’annexion des Territoires palestiniens occupés.

Le président de l’Autorité palestinienne a également appelé tous les pays européens ayant exprimé leur refus de l’annexion à prendre des mesures concrètes pour sauver la solution à deux Etats.

Le premier ministre palestinien, M’hamad Shtiyeh, a quant à lui promis à Israël «un été chaud». Saeb Erekat, secrétaire général de l’OLP, a déclaré hier à la radio palestinienne officielle, Voix de la Palestine, qu’«Israël n’a pas respecté ses promesses et est allé à contresens du concept de base des Accords d’Oslo».

 

Ghaza
De notre correspondant  Farès Chahine



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!