Proche-Orient : Trump plonge la Palestine occupée dans un nouveau cycle de violences | El Watan
toggle menu
samedi, 04 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan04072020




Proche-Orient : Trump plonge la Palestine occupée dans un nouveau cycle de violences

09 février 2020 à 9 h 24 min

Une grande tension règne actuellement dans les Territoires palestiniens occupés, où les affrontements entre la population palestinienne et les forces de l’occupation israélienne sont devenus quotidiens.

La recrudescence des attaques armées contre les soldats israéliens témoigne de la grande colère causée en Palestine occupée par «le deal du siècle», le plan du président américain, Donald Trump, annoncé le 28 janvier dernier et supposé régler le conflit israélo-palestinien.

Les Palestiniens estiment qu’il ne s’agit de rien d’autre qu’un moyen pour légitimer le vol par les Israéliens des terres palestiniennes. C’est ce qui a d’ailleurs poussé la Direction palestinienne à rejeter ce plan dans le fond et dans la forme. Pour les Palestiniens, le plan de Donald Trump est «une grande escroquerie».

C’est ainsi qu’une attaque armée et un attentat à la voiture bélier ont été menés contre des soldats israéliens par deux Palestiniens, jeudi, dans la ville sainte d’Al Qods. La répression israélienne a également augmenté, au point où les forces de l’occupation n’hésitent pas à tirer avec des balles réelles et à l’aveuglette sur des citoyens palestiniens désarmées. D’ailleurs, pour la seule journée de jeudi, les forces de l’occupation israélienne ont tué 3 jeunes Palestiniens, dont un policier de l’Autorité palestinienne dans la ville de Jenine, en Cisjordanie occupée, et un dans la ville sainte d’Al Qods.

Un quatrième Palestinien avait été tué mercredi dans le centre-ville d’Al Khalil en Cisjordanie occupée. La journée de vendredi a été marquée par la poursuite des manifestations populaires de protestation, contre l’inique plan de Trump, à Qalqilya, Ramallah, Ariha et dans les autres villes de Cisjordanie occupée. La Cisjordanie est la principale victime du plan de Donald Trump, dans la mesure où il la transforme en bantoustans pires que ceux qui existaient en Afrique du Sud du temps de l’apartheid. Selon les sources médicales palestiniennes, un grand nombre de citoyens ont été diversement blessés au cours des heurts avec les forces de l’occupation.

La mauvaise foi de Kushner

Lors d’une rencontre avec les représentants de la société civile palestinienne, jeudi au siège de la présidence de l’Autorité palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le président Mahmoud Abbas a réitéré les positions de la Direction palestinienne, rejetant ce qui est appelé «le deal du siècle» et a promis de poursuivre la lutte jusqu’à ce que le peuple palestinien obtienne ses droits légitimes. Pour le président palestinien, le plan américain est l’application finale de la promesse de Balfour faite en 1917.

Arthur Balfour, ministre des Affaires étrangères de la Grande-Bretagne à l’époque, avait promis de créer un foyer national pour les juifs en Palestine et a totalement ignoré le peuple palestinien et ses droits politiques. La position du président Abbas ne plaît pas à l’administration américaine.

Preuve en est : Jared Kushner, le conseiller et gendre du président Donald Trump, l’auteur principal du deal du siècle, a fait porter la responsabilité de l’escalade de la violence dans les Territoires palestiniens occupés au président palestinien. Kushner reproche à Mahmoud Abbas d’avoir appelé son peuple à la résistance. Le gendre de Donald Trump aurait peut-être préféré que M. Abbas demande aux Palestiniens de se laisser égorger par l’Amérique comme des moutons de l’Aïd sans broncher.

Jared Kushner a présenté, jeudi, ce qui est appelé «l’ignoble plan de paix américain pour le Proche-Orient» devant les membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Répondant aux accusations de Kushner, le secrétaire général de l’OLP, Saeb Erekat, a déclaré : «Celui qui propose des projets d’annexion, d’apartheid, de légitimation de l’occupation et des colonies est celui qui porte l’entière responsabilité de l’approfondissement du cycle de la violence et de l’extrémisme.»

Le responsable palestinien a fait savoir que «le président Mahmoud Abbas va présenter un réel plan de paix devant le Conseil de sécurité». Il a ajouté que ce plan est «fondé sur le droit international et le principe de la solution à deux Etats selon les frontières de 1967 soutenu par la communauté internationale, tandis que Kushner adopte l’apartheid, les colonies, les diktats et le mensonge».

Ghaza
De notre correspondant  Farès Chahine



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!