Mouvement prodémocratie à Hong Kong : L’accueil à Berlin d’un activiste suscite la colère de Pékin | El Watan
toggle menu
lundi, 18 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan18112019


Mouvement prodémocratie à Hong Kong : L’accueil à Berlin d’un activiste suscite la colère de Pékin

11 septembre 2019 à 9 h 10 min

P ékin a fustigé hier Berlin à propos de la crise de Hong Kong, suite à la rencontre du militant Joshua Wong avec le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas.

Ce dernier a indiqué sur Twitter avoir évoqué avec le chef de la diplomatie allemande les «protestations actuelles et la lutte pour des élections libres et la démocratie à Hong Kong». Cette entrevue, organisée par le journal populaire Bild, a suscité la «ferme opposition» de Pékin qui a jugé inacceptable que «quelques médias et politiques allemands tentent d’augmenter leur attractivité et d’attirer l’attention sur eux en se servant de séparatistes anti-Chine». «C’est de l’irrespect vis-à-vis de la souveraineté de la Chine et une ingérence dans ses affaires intérieures», a déclaré une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse régulière, Hua Chunying, citée par l’AFP.

Joshua Wong a indiqué que «d’autres discussions avec des membres du Bundestag allemand» se tiendront dans les prochains jours. Cependant, il ne rencontrera pas la chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, lundi. «Si nous sommes maintenant dans une nouvelle guerre froide, Hong Kong est le nouveau Berlin», a déclaré sur Facebook J. Wong, faisant référence à la scission de l’après-guerre entre le Berlin-Est communiste et l’Ouest démocratique. «Soutenons Hong Kong est bien plus qu’un simple slogan, nous exhortons le monde libre à se joindre à nous pour résister au régime autocratique chinois», a-t-il ajouté. Après un discours prévu aujourd’hui à l’université Humboldt de Berlin, J. Wong doit se rendre aux Etats-Unis pour chercher de nouveaux soutiens. Selon son parti politique, Demosisto, il sera à l’étranger jusqu’à fin septembre.

Sa visite à Berlin survient quelques jours après un voyage en Chine de Mme Merkel durant lequel elle a soutenu vendredi, après avoir rencontré le Premier ministre chinois, Li Keqiang, que les droits et libertés des habitants de Hong Kong «devaient être garantis».

Ces dernières années, l’Allemagne est devenue un refuge pour plusieurs dissidents chinois, notamment Liu Xia, la veuve du lauréat du Nobel de la Paix, Liu Xiaobo, décédé en 2017. En mai, deux anciens militants pour l’indépendance de Hong Kong ont obtenu le statut de «réfugié» en Allemagne, devenant les premiers dissidents hongkongais à recevoir une telle protection. Hong Kong, ex-colonie britannique rétrocédée à la Chine en 1997, est secouée, depuis juin, par un mouvement de protestation dirigé contre l’exécutif local, sur fond de craintes d’une emprise croissante du gouvernement central.

Né de l’opposition à un projet de loi, désormais retiré, visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, le mouvement s’est mué en une campagne plus large en faveur d’un système plus démocratique. La Chine a régulièrement accusé des «forces étrangères», notamment les Etats-Unis, de soutenir les manifestations à Hong Kong.

Un œil suspect à l’égard de Washington

Un peu plus tôt dans la journée, la cheffe de l’Exécutif hongkongais, Carrie Lam, a mis en garde Washington contre toute ingérence dans sa gestion de la crise qui ébranle l’ex-colonie britannique. Dimanche, des manifestants se sont rassemblés devant le consulat des Etats-Unis à Hong Kong afin d’appeler le Congrès américain à adopter un projet de loi exprimant son soutien au mouvement prodémocratie. Un tel texte pourrait porter atteinte aux relations commerciales privilégiées entre Hong Kong et les Etats-Unis, en imposant aux autorités hongkongaises des contrôles pour vérifier si elles respectent la loi fondamentale et les libertés uniques de cette région.

Carrie Lam a affirmé, lors d’une conférence de presse, que tout changement dans ses relations économiques avec Washington menacerait leurs «intérêts mutuels». «Il est extrêmement inapproprié pour un pays de s’ingérer dans les affaires de Hong Kong», a-t-elle déclaré. Et d’ajouter : «J’espère que plus personne à Hong Kong ne se mobilisera pour demander aux Etats-Unis d’adopter une telle loi.»

Des membres de la classe politique américaine, démocrates comme républicains, ont exprimé leur soutien aux manifestants. Les Etats-Unis, en plein conflit commercial avec l’Empire du Milieu, ont adopté une position prudente.

Le président américain, Donald Trump, a ainsi appelé à une résolution pacifique de la crise politique, tout en rappelant qu’il revient à la Chine de gérer ce conflit. Washington a rejeté les allégations de Pékin selon lesquelles les Etats-Unis soutiennent les manifestants. De son côté, la Chine a fourni peu de preuves à ce sujet, à l’exception de déclarations de soutien de personnalités politiques américaines.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!