Sanctions britanniques contre la Russie : Moscou promet de riposter | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




Sanctions britanniques contre la Russie : Moscou promet de riposter

08 juillet 2020 à 8 h 57 min

La Russie va riposter aux sanctions «inamicales» annoncées par Londres contre 49 personnes et organisations, dont 25 Russes, dans le cadre d’un nouveau mécanisme pour punir les violations des droits humains, a indiqué hier le Kremlin.

«Nous ne pouvons que regretter ces mesures inamicales», a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par l’AFP. «Bien évidemment, le principe de réciprocité sera appliqué», a-t-il indiqué. La liste noire publiée lundi par le ministère britannique des Affaires étrangères comprend notamment 25 citoyens russes accusés d’être impliqués dans la mort en détention en 2009 de Sergueï Magnitski, juriste du fonds d’investissement Hermitage Capital.

Parmi eux, figure Alexandre Bastrykine, patron du puissant Comité d’enquête, chargé des principales affaires criminelles. Interrogé après les déclarations de D. Peskov, le porte-parole du Premier ministre anglais, Boris Johnson, a réaffirmé que ces sanctions «ne sont pas conçues pour cibler des pays» mais qu’il s’agit d’un «outil intelligent permettant de viser des individus ou des organisations impliqués dans de graves violations des droits humains».

«Ces sanctions (…) concernaient quelques-unes des plus tristement célèbres violations des droits humains de ces dernières années», a-t-il ajouté. L’ambassade russe à Londres avait dénoncé lundi ces sanctions comme une volonté de «faire pression sur des Etats souverains», soutenant que les enquêteurs et les juges russes travaillaient «indépendamment du pouvoir exécutif».

Les relations entre Londres et Moscou se sont dégradées ces dernières années sur fond d’opposition sur les conflits en Syrie et en Ukraine. Londres accuse par ailleurs Moscou d’avoir empoissonné en Angleterre, en 2018, l’ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille, des accusations rejetées en bloc par la Russie. Décédé après avoir été battu et privé intentionnellement de soins à 37 ans en novembre 2009, Sergueï Magnitski a été incarcéré après avoir dénoncé un important réseau de corruption au détriment notamment de Hermitage Capital, fonds d’investissement créé à Moscou par un financier américain. Sa mort a provoqué un scandale international.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!