Les Shebab multiplient les attentats : Les intérêts turcs encore ciblés en Somalie | El Watan
toggle menu
dimanche, 23 février, 2020
  • thumbnail of elwatan23022020 2

  • Stream système


Les Shebab multiplient les attentats : Les intérêts turcs encore ciblés en Somalie

19 janvier 2020 à 9 h 25 min

Au moins quatre personnes ont été tuées, hier, dans un attentat à la voiture piégée, à l’ouest de la capitale Mogadiscio, selon l’AFP citant une source policière. Plusieurs ingénieurs turcs ont été blessés lors de cette attaque revendiquée par les islamistes somaliens, les shebab.

La voiture piégée a explosé à proximité d’un barrage routier à l’entrée de la ville d’Afgoye, située à une trentaine de kilomètres de Mogadiscio. Selon plusieurs sources, dont les shebab, la cible de l’attaque est un conteneur utilisé par des ingénieurs turcs travaillant à la construction d’une route. Les rebelles islamistes ont mené en décembre une opération avec un véhicule piégé dans la capitale ayant fait 81 morts, dont deux ressortissants turcs. «(…) Les moujahidine ont mené une attaque (…) ciblant un convoi de mercenaires turcs et les miliciens apostats qui les escortaient», a déclaré le 30 décembre un porte-parole des shebab, Ali Mohamud Rage, dans un message audio.

Il a accusé la Turquie de chercher à «conquérir» la Somalie et d’avoir pris «le contrôle de toutes (ses) ressources économiques». Et de prévenir : «Les Turcs sont nos ennemis et, comme nous l’avons déjà dit, nous ne cesserons pas de nous battre jusqu’à ce qu’ils se retirent de notre pays.»

Il a indiqué que le véhicule piégé a été bloqué par les services de sécurité au point de contrôle, au moment où il voulait viser ce convoi.
La Turquie constitue un des principaux investisseurs en Somalie. Des entreprises turques gèrent le port et l’aéroport de Mogadiscio. En septembre 2017, Ankara a inauguré le plus grand centre d’entraînement militaire étranger de Somalie. Cette présence fait de ses intérêts et ressortissants les cibles des shebab.

Continuer à sévir

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l’essentiel de leurs bastions, mais pas leurs capacités de nuisance malgré la présence militaire occidentale et les 20 000 hommes de la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom). En octobre 2011, un attentat-suicide au camion piégé visant un complexe ministériel fait au moins 82 morts. C’est le premier attentat revendiqué par les shebab depuis leur retrait en août de Mogadiscio. D’autres opérations suivront. Entre autres, en avril 2013, une attaque-suicide contre le principal tribunal de la capitale et un attentat à la voiture piégée font au moins 34 morts civils. Le raid est revendiqué par les shebab.

En février 2015, un double attentat-suicide contre le Central Hotel, revendiqué par ce groupe, fait au moins 25 morts. En novembre 2016, une trentaine de personnes sont tuées dans l’explosion d’une voiture piégée près d’un marché. L’attentat n’est pas revendiqué mais les soupçons se portent sur les shebab. L’attentat le plus meurtrier de l’histoire de la Somalie s’est produit en octobre 2017, où 512 personnes ont péri lors de l’explosion d’un camion piégé à Mogadiscio. Les shebab ont revendiqué aussi deux attentats à la voiture piégée visant le palais présidentiel et un hôtel de la capitale, menés en février 2018, qui ont causé la mort d’au moins 38 personnes.

En novembre de la même année, 41 personnes sont tuées dans l’explosion de deux voitures piégées placées par les shebab et d’un kamikaze près de l’hôtel Sahafi, établissement fréquenté par des responsables politiques. Les shebab ont revendiqué plusieurs attaques dans les pays voisins, notamment au Kenya, où l’attaque du centre commercial Westgate à Nairobi a fait 67 morts en septembre 2013, et l’assaut de l’université de Garissa (est) en a fait 148, dont 142 étudiants, en avril 2015.

Après la chute du dictateur Syad Barre en janvier 1991, la Somalie a sombré dans le chaos. Outre l’émergence des shebab, ce pays de la Corne de l’Afrique s’est disloqué. Le Somaliland a proclamé son indépendance en 1991. En 1998, le Puntland, dans le nord-est du pays, déclare son autonomie de Mogadiscio. Suit le Jubaland, zone frontalière du Kenya et de l’Ethiopie.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!