Tractations interafghanes : Les belligérants «très proches» d’un déblocage, selon Kaboul | El Watan
toggle menu
samedi, 28 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020





Tractations interafghanes : Les belligérants «très proches» d’un déblocage, selon Kaboul

22 novembre 2020 à 10 h 17 min

Les autorités afghanes et les négociateurs talibans sont «très proches» d’une sortie de l’impasse dans les pourparlers de paix, a déclaré hier le négociateur du gouvernement afghan Abdullah, selon des propos recueillis par l’AFP.

Il a ajouté que le maintien des troupes américaines en Afghanistan est nécessaire jusqu’à ce que la situation s’améliore.

Les négociations interafghanes ont commencé à Doha le 12 septembre, mais elles ont rapidement achoppé à propos de l’ordre du jour, du cadre de base des discussions et d’interprétations religieuses. Pendant ce temps, la violence se poursuit, notamment des tirs de roquettes samedi à Kaboul, qui ont fait au moins huit morts. Les talibans ont nié toute responsabilité dans ces attaques qui ont été revendiquées par le groupe Etat islamique.

«Nous n’avons pas avancé sur la base des négociations, leur ordre du jour principal», a déclaré Abdullah, le président du Haut Conseil afghan pour la réconciliation nationale, dans un entretien avec l’AFP au cours d’une visite en Turquie. «Nous sommes très proches. J’espère que nous passerons cette phase et que nous en arriverons aux questions importantes», dont la sécurité, a-t-il ajouté.

Vendredi, un haut responsable taliban basé au Pakistan a déclaré que des «progrès suffisants» ont été faits sur des points-clés. Abdullah s’est entretenu vendredi avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, à Istanbul, l’Afghanistan cherchant à obtenir le soutien de la Turquie pour les négociations.
Ce responsable afghan a également estimé que les troupes américaines ne devraient se retirer d’Afghanistan que «lorsque les conditions seront réunies».

Le président américain, Donald Trump, a déclaré qu’il retirerait 2000 de ses 4500 soldats de ce pays d’ici à janvier. «Mon message à la prochaine administration (américaine) sera de voir les conditions, parce que ces troupes sont là pour une raison. Elles sont là pour aider dans la lutte contre le terrorisme, mais aussi pour soutenir les institutions afghanes», a-t-il ajouté.

Les pourparlers au Qatar ont commencé après que les talibans et Washington aient signé un accord en février, dans lequel les Etats-Unis ont accepté de retirer leurs forces d’ici à la mi-2021. En échange, les talibans ont accepté de participer à des pourparlers. «Si un cessez-le-feu complet et global n’est pas possible, un cessez-le-feu humanitaire, ou une réduction significative de la violence afin que la population puisse voir et sentir qu’il y a un changement» pourrait être une option, a dit Abdullah Abdullah. Le gouvernement afghan a déclaré cette semaine que les talibans avaient tué plus de 1200 civils dans 53 attaques suicides et 1250 attentats au cours des six derniers mois.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!