L’EIGS et le GSIM négocieraient un pacte de non-agression : La carte mouvante du terrorisme au Sahel | El Watan
toggle menu
lundi, 29 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021




L’EIGS et le GSIM négocieraient un pacte de non-agression : La carte mouvante du terrorisme au Sahel

05 mars 2020 à 9 h 49 min

Le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria et la Libye sont aujourd’hui avec la Somalie les principaux viviers du terrorisme au Sahel.

La Libye, qui a plongé dans le chaos depuis le renversement du régime de Mouammar El Gueddafi en 2011, alimente depuis l’instabilité dans la région. Devenue une véritable poudrière à ciel ouvert, l’ex-Jamahiriya constitue également un important point de chute pour les terroristes de l’Etat islamiques (EI) et d’Al Qaîda qui fuient l’Irak et la Syrie. Selon des sources, les chefs de la cellule terroriste ayant perpétré, le 9 février dernier, l’attaque à la voiture piégée contre un poste avancé de l’armée algérienne à Timiaouine, dans le Grand Sud, sont d’ailleurs venus de Libye et font partie de l’EI. Le groupe terroriste a revendiqué l’attaque le 11 février. L’Etat islamique (dont le nouveau chef serait Amir Mohammed Adbul Rahman Al Mawli Al Salbi) cherche, selon les mêmes sources, à s’implanter dans le nord du Mali, non loin de la frontière algérienne.

Ces dernières semaines ont été marquées par un regain d’activité terroriste dans cette région qui est réputée être celle où sévit le plus le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). Le groupe terroriste dirigé par Iyad Ag Ghali est en concurrence au Mali et au Niger avec l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) d’Abou Walid El Sahraoui. Les accrochages entre les éléments des deux groupes sont d’ailleurs courants. Il n’est toutefois pas exclu de voir dans un proche avenir les deux groupes signer une sorte de pacte de non-agression. Possible surtout qu’ils ont déjà eu, par le passé, à syndiquer leurs moyens pour mener des actions terroristes.

Certaines informations indiquent à ce propos que les deux groupes terroristes sont sur le point de redéfinir leurs actions et leurs rapports. Ce deal, s’il venait à être conclu, pourrait donner lieu à une nouvelle carte du terrorisme au Sahel. Le terroriste mauritanien Qutayba Abou Nouman Al Shinqiti a, en tout cas, appelé l’EIGS et le GISM à cesser leurs luttes fratricides et à concentrer leurs efforts sur «le combat contre les ennemis communs».

Cet appel intervient à un moment où certains éléments du Front de libération du Macina s’apprêteraient à rejoindre l’EIGS, groupe qui ne cesse de monter en puissance dans la région avec Boko Haram. Preuve en est, certaines sources annoncent la création d’un nouveau groupe terroriste au centre du Mali, qui s’appellerait l’Etat islamique de Nampala. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!