Association des nations d'Asie du Sud-Est : Le chef de la junte birmane exclu du prochain sommet | El Watan
toggle menu
dimanche, 28 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021




Association des nations d’Asie du Sud-Est : Le chef de la junte birmane exclu du prochain sommet

17 octobre 2021 à 10 h 18 min

Le chef de la junte birmane sera exclu du prochain sommet de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), a annoncé hier l’organisation, rapporte l’AFP.

Une mesure de représailles à l’encontre du pouvoir militaire qui semble peu enclin à désamorcer la crise. Les ministres des Affaires étrangères de l’Asean, réunis virtuellement vendredi, ont décidé que Min Aung Hlaing ne serait pas invité au sommet qui se tiendra du 26 au 28 octobre, a déclaré le Brunei, qui assure actuellement la présidence tournante de l’Asean. A la place, il a été décidé «d’inviter un représentant apolitique birman». L’organisation, qui regroupe dix pays d’Asie du Sud-Est, a pris cette mesure exceptionnelle après que la junte a rejeté les demandes d’envoi d’un représentant spécial pour dialoguer et pour notamment rencontrer l’ex-dirigeante Aung San Suu Kyi, renversée par l’armée en février dernier. Le communiqué fait état de «progrès insuffisants» dans la mise en œuvre d’un plan en cinq points, adopté en avril, qui devait contribuer à rétablir le dialogue en Birmanie et faciliter l’arrivée de l’aide humanitaire. La junte a freiné sa mise en œuvre, retardant la visite du vice-ministre des Affaires étrangères du Brunei, Erywan Yusof, désigné émissaire de l’organisation pour la Birmanie après des mois de négociations.

Plus tard dans la journée, la junte birmane s’est dite «extrêmement déçue» par la décision de l’Asean. «La Birmanie est extrêmement déçue et s’oppose fermement aux conclusions de la réunion des ministres des Affaires étrangères (de l’Asean), dans la mesure où les discussions et la décision sur la question de la représentation de la Birmanie ont eu lieu sans consensus et sont contraires aux objectifs de l’Asean», a déclaré le ministère des Affaires étrangères de la junte dans un communiqué
La Birmanie, essentiellement dirigée par des militaires depuis un coup d’Etat en 1962, a adhéré à l’organisation en 1997. Un coup d’Etat a mis fin le 1er février à une parenthèse démocratique de dix ans. La répression militaire contre les opposants, a fait 1100 morts et 8400 emprisonnés, selon une organisation non gouvernementale locale, l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP). La junte s’est opposée à ce que E. Yusof rencontre des personnes faisant l’objet de poursuites judiciaires au premier rang desquels Mme Suu Kyi, 76 ans, lauréate du prix Nobel de la paix 1991. Elle est poursuivie, notamment, pour avoir violé des restrictions liées à la Covid-19 lors des élections de l’an passé que son parti avait remportées largement et pour importation illégale de talkie-walkies.

Elle encourt des décennies de prison. Aung Myo Min, ministre des Droits de l’homme au sein du gouvernement d’unité nationale (NUG), formé par d’ex-députés du parti de Mme Suu Kyi, a salué cette exclusion comme «une mesure très forte» et dit espérer que l’Asean reconnaisse le NUG comme le gouvernement légitime.

La junte a promis d’organiser des élections et de lever l’état d’urgence en 2023.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!