L’Arabie Saoudite accuse l’Iran et le Hezbollah d’aider les rebelles | El Watan
toggle menu
lundi, 15 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

GUERRE DU YÉMEN

L’Arabie Saoudite accuse l’Iran et le Hezbollah d’aider les rebelles

27 décembre 2021 à 10 h 13 min

a coalition militaire dirigée par l’Arabie Saoudite au Yémen a accusé hier l’Iran et le Hezbollah libanais d’avoir aidé les rebelles houthis à attaquer son territoire, rapporte l’AFP.

Ces derniers jours, la coalition a visé des positions des rebelles houthis, dans la capitale du Yémen, Sanaa, qu’ils contrôlent depuis le début du conflit en 2014. La coalition, qui soutient depuis 2015 le gouvernement yéménite dans sa guerre contre les rebelles, les a accusés d’avoir «militarisé» l’aéroport de Sanaa, fermé aux vols humanitaires depuis mardi après des raids saoudiens. «Le Hezbollah forme les Houthis à piéger et utiliser des drones à l’aéroport», a déclaré le général Turki Al Maliki, porte-parole de la coalition. «Les Houthis utilisent l’aéroport de Sanaa comme point principal de lancement de missiles balistiques et de drones» vers l’Arabie Saoudite, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Riyad.

Le conflit s’est intensifié au Yémen ces derniers jours, l’Arabie Saoudite ayant déclenché samedi une opération militaire «à grande échelle» dans le pays après que deux personnes ont été tuées et sept blessées sur son propre territoire, dans une attaque revendiquée par les Houthis. En représailles, trois personnes ont péri et six autres ont été blessées, selon des médecins yéménites, lors de frappes aériennes menées par la coalition au nord-ouest de Sanaa.

L’Arabie Saoudite accuse depuis longtemps l’Iran de fournir des armes aux Houthis et le Hezbollah de former les insurgés. Si Téhéran reconnaît son soutien politique aux rebelles, il dément leur fournir des armes. L’ambassadeur de l’Arabie Saoudite au Yémen, Mohammed Al Jaber, a comparé samedi sur Twitter les Houthis au Hezbollah, affirmant qu’ils utilisent des armes iraniennes pour attaquer son pays. Jeudi, la marine américaine a annoncé avoir saisi 1400 fusils d’assaut AK-47 et des munitions sur un bateau de pêche parti, selon elle, d’Iran et destinés aux rebelles yéménites.

Depuis le déclenchement du conflit il y a sept ans, les Houthis ont progressivement pris le contrôle d’une vaste partie du nord du Yémen en dépit de l’intervention de la coalition militaire. A Sanaa, les Houthis ont promis de «répondre à l’escalade par l’escalade». «Nous n’hésiterons pas à mener des opérations ciblées dans la période à venir», a déclaré leur porte-parole militaire Yahya Saree, lors d’une allocution diffusée par la chaîne yéménite pro-rebelles Al Massirah. Mercredi, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies s’est dit «contraint» de réduire l’aide au Yémen, faute de fonds suffisants, en dépit de la hausse de la faim et des risques de famine dans ce qui est l’une des pires crises humanitaires au monde.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!