La Grèce exclut des pourparlers avec la Turquie | El Watan
toggle menu
dimanche, 29 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020





MÉDITERRANÉE ORIENTALE

La Grèce exclut des pourparlers avec la Turquie

14 octobre 2020 à 10 h 36 min

La Grèce n’entamera aucun pourparler avec la Turquie sur les tensions en Méditerranée orientale, «tant qu’Ankara n’aura pas retiré un navire de recherches d’une zone contestée», a déclaré hier, à la radio Parapolitika, le ministre d’Etat, George Gerapetrite, relayée par des médias.

Un différend sur l’exploration gazière a conduit les deux pays, membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), à organiser des exercices militaires rivaux en août dans les eaux stratégiques entre Chypre et l’île grecque de Crète. La marine turque a indiqué que le navire Oruc Reis va reprendre ses activités dans la région jusqu’au 22 octobre. Ankara a déjà envoyé l’Oruc Reis et son escorte dans ces eaux contestées le 10 août, en dépit des protestations de la Grèce et de l’Union européenne (UE). «La Grèce ne prendra part à aucun des pourparlers tant que le Oruc Reis et ses navires d’escorte seront sur place», a affirmé le ministre grec.

Il a indiqué qu’Athènes soulèverait le différend lors d’une réunion du Conseil de l’UE qui s’ouvrira demain. Le même jour, le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas, a appelé la Turquie à «mettre fin au cycle de la détente et de la provocation». «S’il devait effectivement y avoir de nouvelles explorations du gaz turc dans les zones maritimes les plus controversées de la Méditerranée orientale, ce serait un revers majeur pour les efforts de désescalade», a ajouté, dans un communiqué, le chef de la diplomatie allemande attendu quelques heures plus tard en Grèce et à Chypre et dont le pays occupe actuellement la présidence tournante de l’UE.

Berlin demande aussi à Ankara «que la fenêtre de dialogue qui vient de s’ouvrir avec la Grèce ne se referme pas en raison de mesures unilatérales». De leur côté, les Etats-Unis ont exigé hier de la Turquie de cesser sa «provocation délibérée» dans la région. «Nous exigeons que la Turquie cesse cette provocation délibérée et entame immédiatement des pourparlers préliminaires avec la Grèce», a affirmé la porte-parole du département d’Etat, Morgan Ortagus, dans un communiqué. «La coercition, les menaces, l’intimidation et les manœuvres militaires ne vont pas résoudre les tensions en Méditerranée orientale», a-t-elle ajouté.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!