Joe Biden président élu des États-Unis : Les Palestiniens soulagés | El Watan
toggle menu
lundi, 18 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021




Joe Biden président élu des États-Unis : Les Palestiniens soulagés

09 novembre 2020 à 10 h 23 min

La disparition de Donald Trump de la scène politique et l’élection d’un président américain démocrate en la personne de Joe Biden ont fait renaître chez les Palestiniens un espoir de voir une politique américaine moins agressive vis-à-vis d’eux, que celle de son prédécesseur qui a tenté de régler le conflit israélo-palestinien selon la vision de l’occupation israélienne, en niant tous les droits légitimes du peuple palestinien reconnus par le droit international et la légitimité internationale.

Le président Mahmoud Abbas a félicité, hier, le président élu Joe Biden et a exprimé son aspiration à travailler avec lui et son administration afin de «renforcer les relations palestino-américaines et d’assurer la liberté, l’indépendance, la justice et la dignité pour le peuple palestinien, ainsi que d’œuvrer pour la paix, la stabilité et la sécurité pour tous dans la région et dans le monde». Pour Nabil Shaath, le conseiller du président Abbas, «il n’y a pas eu pire que l’ère Trump et sa fin est déjà une victoire».

Le chef du mouvement Hamas, qui contrôle la bande de Ghaza depuis l’été 2007, Ismaïl Haniyeh, a pour sa part appelé le président élu, Joe Biden, à «corriger» les «politiques injustes» des Etats-Unis en «annulant le plan Trump pour le Moyen-Orient».

Israël est triste

Les dirigeants et la majorité des Israéliens, représentés par la droite et l’extrême droite dans l’entité sioniste, se sentent aujourd’hui tristes à cause de la défaite de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine.

Cette grande majorité le considérait comme le plus grand ami d’Israël de tous les présidents des Etats-Unis, celui qui a reconnu la ville sainte d’Al Qods (Jérusalem-Est), occupée et annexée en 1967, comme capitale de l’Etat hébreu, a transféré l’ambassade américaine de Tel-Aviv vers Al Qods, a tenté de liquider des dossiers clés de la question palestinienne, en premier celui des réfugiés palestiniens, en s’ attaquant à l’agence des Nations unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens UNRWA, qu’il a privée d’une aide financière annuelle estimée à plus de 350 millions de dollars, a approuvé la politique de l’expansion coloniale et de l’annexion de territoires palestiniens par Israël, a stoppé les aides financières à l’Autorité palestinienne et fermé la représentation diplomatique de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington, a tenté d’imposer la vision de l’occupation israélienne du règlement du conflit au Proche-Orient et dernièrement a réussi une percée dans les relations arabo-israéliennes, en poussant trois pays arabes à normaliser leurs relations avec l’Etat hébreu.

Après avoir beaucoup hésité à le faire, puisque leur «grand ami» refuse de reconnaître sa défaite, les dirigeants israéliens se sont finalement résignés à féliciter le président élu Joe Biden hier. Pour Ahmed Al Tibi, député arabe à la Knesset (parlement israélien), le monde sans Donnald Trump à la tête de l’administration américaine serait «plus sain et moins absurde».

Al Tibi a affirmé qu’il s’attend à ce que le dialogue reprenne sous peu entre l’Autorité palestinienne et Washington, avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison- Blanche.

Ghaza
De notre correspondant  Farès Chahine


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!