Joe Biden 46e président des Etats-Unis | El Watan
toggle menu
mardi, 28 juin, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

ELECTION PRESIDENTIELLE AMERICAINE

Joe Biden 46e président des Etats-Unis

08 novembre 2020 à 10 h 35 min

Joe Biden a été élu hier président des Etats-Unis, l’emportant face à Donald Trump, rapportent des médias.

Après quatre jours de suspense dans un pays à fleur de peau, l’ancien vice-président de Barack Obama a, selon les projections des chaînes CNN, NBC et CBS, franchi le seuil de 270 grands électeurs. Il deviendra, le 20 janvier 2021, le 46e président des Etats-Unis.

Sa colistière, Kamala Harris, entrera dans l’Histoire en devenant la première femme noire à accéder à la vice-présidence. Donald Trump, qui brigue un second mandat de quatre ans, n’a, à ce stade, pas reconnu sa défaite. Il a jusqu’ici adopté une posture agressive, promettant une véritable guérilla judiciaire.

A l’issue de la campagne marquée par la pandémie de Covid-19, le président Trump a échoué à se faire réélire, contrairement à ses trois prédécesseurs Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton. Pour J. Biden , une telle victoire constitue la consécration d’une longue carrière politique.

Après avoir échoué en 1988 et 2008, puis hésité en 2016, celui qui a débuté sa carrière politique nationale au Sénat il y a près d’un demi-siècle, il obtient son entrée au Bureau Ovale. A la faveur d’une campagne sobre, le démocrate a pris l’avantage sur son adversaire en se contentant d’apparitions limitées et en faisant à l’Amérique une promesse de calme. «Nous pouvons mettre fin à cette présidence qui, depuis le début, a cherché à nous diviser, à nous déchirer», a-t-il déclaré dans les dernières heures de la campagne.

Agé de 77 ans, il sera le président le plus âgé de l’histoire des Etats-Unis au début de son mandat.

En fin stratège, il a réussi son pari en remportant la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin, trois Etats industriels traditionnellement démocrates que Donald Trump a arrachés à Hillary Clinton en 2016.Mais dans une Amérique profondément divisée, et face à un Sénat qui pourrait rester aux mains des républicains, il devra trouver le ton juste.

Donald Trump s’est montré durant sa campagne qu’il disposait d’une base solide d’électeurs. Ainsi, n’a-t-il pas cherché à l’élargir. Sa gestion de la pandémie, qu’il a sans cesse minimisé en dépit d’un lourd bilan de plus de 230 mille morts, lui a valu de vives critiques, jusque dans son propre camp.Lui-même a été touché pourtant par le Covid-19 Vendredi, il a une nouvelle fois crié à la fraude, sans apporter le moindre élément concret.

Adoptant l’attitude d’un candidat rassembleur, Joe Biden a appelé vendredi soir au calme et à la patience, de disant certain de sa victoire. « Il est temps de nous rassembler », a- t-il déclaré. «Nous devons surmonter la colère»

Frictions

L’équipe de campagne du républicain a prévenu vendredi que l’élection n’est «pas finie», et dénoncé «les projections erronées proclamant la victoire de Joe Biden ». Le 45e président des Etats-Unis a reçu le soutien d’alliés républicains sur ces accusations de fraudes. «Je peux vous dire que le président est en colère et je suis en colère, et les électeurs devraient être en colère», a déclaré Ted Cruz.

En revanche, d’autres ont critiqué vendredi l’attitude du locataire de la Maison Blanche. Sénateur de l’Utah, candidat à la présidence en 2012, Mitt Romney a relevé vendredi sur Twitter l’absence d’éléments étayant les théories avancées par le candidat : «Compter chaque vote est le cœur de notre démocratie. Le processus est souvent long et frustrant pour les candidats.

Les votes seront comptés. Si on découvre des irrégularités présumées, il y aura des enquêtes puis on résoudra l’affaire devant les tribunaux. Ayez foi en votre démocratie, dans notre Constitution, et dans le peuple américain», a-t-il observé. Sénateur de Floride, ancien rival de Donald Trump lors de la primaire de 2016, Marco Rubio a déclaré le même jour que «prendre plusieurs jours pour compter des votes légalement exprimés n’est pas une fraude (…)» Et «Si un candidat croit qu’un Etat transgresse les lois électorales, il a le droit de porter le dossier devant la justice et de présenter des preuves à l’appui de ses dires», a-t-il écrit.

Elu du 23e district du Texas à la Chambre des Représentants, Will Hurd a estimé qu’«un président en exercice qui sape notre processus politique et qui met en doute la légalité des votes d’innombrables Américains sans preuve, ce n’est pas seulement dangereux et mauvais, ça sape la fondation même sur laquelle cette nation s’est bâtie. Le vote de chaque Américain doit compter».

Pour le représentant de l’Illinois, Adam Kinzinger, «si vous avez de légitimes préoccupations concernant une fraude, présentez des preuves et portez-les devant les tribunaux. Arrêtez de propager des désinformations déjà démontées (…)».Donald Trump a déclaré dans la première nuit post-élection qu’il a gagné le scrutin et qu’il ferait intervenir la Cour suprême, restant évasif sur les motifs.

Ses avocats ont lancé de multiples actions judiciaires au niveau des Etats. Les démocrates estiment les plaintes sans fondement. Ceci dit, ces recours pourraient retarder de plusieurs jours ou semaines l’homologation des résultats.

 

 

 

Déclarations  :

Biden promet d’être «le président de tous les Américains»

Le démocrate Joe Biden, déclaré vainqueur de l’élection aux Etats-Unis par la plupart des médias américains, a promis samedi d’être «le président de tous les Américains ». « Je suis honoré et empli d’humilité par la confiance que les Américains m’ont fait ainsi qu’à la vice-présidente élue » Kamala Harris, a déclaré Joe Biden dans un communiqué. « Avec la campagne terminée, il est temps de laisser derrière nous la colère et la rhétorique enflammée et nous rassembler en tant que nation », a-t-il ajouté. «Il est temps que l’Amérique se rassemble et panse ses plaies». Selon l’ancien vice-président de Barack Obamala participation record malgré «des obstacles sans précédent » est «une nouvelle preuve que la démocratie bat avec ferveur au coeur de l’Amérique». «Nous sommes les Etats-Unis d’Amérique. Il n’y a rien que nous ne puissions faire, si nous le faisons ensemble », a-t-il encore indiqué.

Kamala Harris, première femme vice-présidente des Etats-Unis :

«Mettons-nous au travail ». La première femme élue vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, a promis samedi de se «mettre au travail » sans tarder pour restaurer «l’âme de l’Amérique », dans sa première déclaration après l’annonce de la victoire de Joe Biden à la présidentielle. «Dans cette élection, il s’agit de beaucoup plus que de Joe Biden ou moi-même. Il s’agit de l’âme de l’Amérique et de notre détermination à nous battre pour elle. Nous avons beaucoup de travail devant nous. Mettons-nous au travail », a-t-elle tweeté.

Trump accuse Biden de se précipiter «pour se présenter faussement » en vainqueur

Donald Trump a accusé hier Joe Biden de se «précipiter pour se présenter faussement » en vainqueur de la présidentielle américaine malgré l’annonce de sa victoire par les grands médias américains, assurant que l’élection est «loin d’être terminée ». « Nous savons tous pourquoi Joe Biden se précipite pour se présenter faussement en vainqueur et pourquoi ses alliés dans les médias tentent avec autant d’efforts de l’aider: ils ne veulent pas que la vérité éclate», a écrit le président américain sortant dans un communiqué. «Le constat simple est que cette élection est loin d’être terminée », a-t-il indiqué.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!