En bref… | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




En bref…

24 décembre 2019 à 9 h 00 min

– Russie

La Russie devait tirer hier le bilan du test des équipements devant lui permettre d’isoler son internet des serveurs mondiaux et garantir son fonctionnement même en cas de cyberguerre mondiale. Selon le Kremlin, cette loi est censée protéger le «segment russe» de l’internet en cas de déconnexion des grands serveurs mondiaux situés en Europe et aux États-Unis.

Le but est notamment de permettre aux services de l’État et au réseau bancaire russe de fonctionner même en cas de guerre ou de cyberattaques massives. Ces essais interviennent dans le cadre d’une loi controversée, entrée en vigueur début novembre, certains craignant une utilisation à des fins de censure.

– Corée du Nord

Il est «trop tôt» pour lever les sanctions internationales à l’encontre de la Corée du Nord, a estimé hier la diplomatie japonaise, alors que le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, était reçu à Pékin par le président chinois, Xi Jinping.

Moscou et Pékin ont déposé, la semaine dernière, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, une proposition de réduction des sanctions qui pèsent sur la Corée du Nord, sous réserve que ce pays avance vers la dénucléarisation.

En sommet à Pékin, les dirigeants chinois et japonais ont abordé la question, a rapporté, devant la presse, le porte-parole de la diplomatie nippone, Otaka Masato.

– Iran

Le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale d’Iran, Ali Shamkhani, a déclaré dimanche que son pays allait prendre une 5e série de mesures visant à réduire ses engagements dans le cadre de l’accord sur le nucléaire de 2015, a rapporté Press TV.

Après le retrait des Etats-Unis de cet accord, les trois signataires européens se sont engagés à garantir les intérêts économiques de l’Iran dans le cadre de l’accord sur le nucléaire, encore connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA). Jusqu’à présent, les trois parties européennes n’ont cependant mis en œuvre aucune mesure pratique pour sauver l’accord, a déclaré M. Shamkhani.

– Argentine

L’Argentine est en «défaut de paiement virtuel», a confirmé son président Alberto Fernandez, deux jours après que les agences d’évaluation financière Fitch et Standard and Poor’s eurent estimé la même chose. «Ce n’est pas pareil qu’en 2001, mais oui ça y ressemble», a affirmé le chef de l’État dans un entretien avec la chaîne América TV.

Cette année-là, le pays avait plongé dans la plus grave crise économique de son histoire après s’être déclaré en défaut de paiement sur sa dette publique. «A ce moment-là, on avait 57% de taux de pauvreté, aujourd’hui 41%. On avait une dette sur laquelle nous faisions défaut, aujourd’hui c’est un défaut de paiement virtuel», a-t-il poursuivi.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!