Malgré la trêve annoncée par les rebelles houthis : Double raid aérien attribué à la coalition | El Watan
toggle menu
samedi, 04 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan04072020




Malgré la trêve annoncée par les rebelles houthis : Double raid aérien attribué à la coalition

25 septembre 2019 à 9 h 00 min

Ces frappes constituent la plus meurtrière attaque depuis que les rebelles houthis ont proposé, vendredi, un arrêt des tirs de missiles, de drones et d’autres engins sur le territoire saoudien en contrepartie de la cessation des raids aériens saoudiens.

Seize Yéménites, dont de nombreux civils, ont trouvé la mort hier dans un double raid aérien attribué à la coalition antirebelles, rapporte l’AFP. Les deux raids, attribués par un responsable local à la coalition menée par l’Arabie Saoudite au Yémen, ont visé une habitation de la localité de Qatabah dans la province de Daleh, dans le sud du Yémen qui est sous contrôle des rebelles.

Ces derniers ont accusé la coalition d’avoir délibérément visé des civils. «Une famille entière a été tuée (…) et le reste des morts sont des secouristes qui ont péri lors du second raid», a déclaré le responsable local qui a requis l’anonymat.

Un médecin de l’hôpital d’Ibb, situé pas loin du lieu des raids, où les victimes ont été transportées, a confirmé la mort de 16 personnes, dont «7 enfants et 4 femmes». Selon un porte-parole militaire des rebelles, cité par leur télévision Al Massirah, l’aviation saoudienne a mené, avant les raids de mardi, 42 frappes aériennes au Yémen en l’espace de 12 heures, tuant 8 personnes au total.

L’attaque de mardi est la plus meurtrière depuis que les rebelles houthis ont proposé, vendredi, un arrêt des tirs de missiles, de drones et d’autres engins sur le territoire saoudien en contrepartie de la cessation des raids aériens saoudiens.

La proposition a été accueillie avec prudence par le royaume wahhabite. «Nous jugeons les autres sur leurs actes et non sur leurs paroles», a déclaré samedi le ministre d’Etat saoudien aux Affaires étrangères, Adel Al Jubeir, à propos de la proposition des rebelles. «Nous allons voir s’ils (les Houthis) vont le faire ou non», a-t-il ajouté. «Concernant ce qui les a poussés (à faire cette proposition), nous allons l’examiner», a affirmé le même responsable.

L’Occident et le spectre iranien

La proposition des Houthis a été faite après les attaques contre des installations pétrolières saoudiennes le 14 septembre, que les rebelles yéménites ont revendiquées. Mais ces attaques ont été attribuées par l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et des pays occidentaux à l’Iran, allié des rebelles. Ce que nie Téhéran.

Hier, l’Iran a rejeté «vigoureusement» le «réquisitoire irresponsable» de Berlin, Londres et Paris, qui ont accusé, la veille, Téhéran d’être responsable des attaques du 14 septembre contre des infrastructures pétrolières en Arabie Saoudite. «Ces allégations dépourvues de preuves reposent uniquement sur un raisonnement ridicule selon lequel qu’il n’y a pas d’autre explication possible qu’une implication de la République islamique», a signifié le ministère des Affaires étrangères iranien dans un communiqué.

«Il est clair pour nous que l’Iran porte la responsabilité des attaques du 14 septembre. Il n’y a pas d’autre explication plausible», ont déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et le président français, Emmanuel Macron, dans un communiqué commun à l’issue d’une rencontre en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

«La République islamique d’Iran, tout en condamnant vigoureusement et en réfutant le réquisitoire irresponsable des dirigeants britannique, français et allemand, souligne que de telles accusations à l’encontre d’un pays tiers au sujet d’une attaque qui a eu lieu dans le cadre d’un conflit armé entre Saoudiens et Yéménites et qui a été revendiquée par des forces yéménites, constituent une action provocatrice et nuisible», est-il indiqué dans le communiqué.

Ces propos «éloignés de la réalité» sont «en phase avec les politiques de soutien inconditionnel à l’Arabie Saoudite» à qui ces trois pays livrent «massivement un armement de pointe», a ajouté le communiqué. Et de soutenir : «Les pays signataires de cette déclaration devront assumer les conséquences de cette politique et mesurer ses répercussions néfastes sur la paix et la stabilité dans la région.»

Un peu plus tard dans la journée,le président américain, Donald Trump, a promis de continuer à «durcir»les sanctions contre l’Iran, tant que Téhéran ne changerait pas d’attitude au Moyen-Orient. «Les sanctions ne seront pas levées aussi longtemps que l’Iran gardera un comportement menaçant. Elles seront durcies», a-t-il déclaré à l’Assemblée générale des Nations unies. «Tous les pays ont le devoir d’agir. Aucun gouvernement responsable ne devrait subventionner la soif de sang de l’Iran», a-t-il observé.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!