Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ? | El Watan
toggle menu
jeudi, 14 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?

20 mars 2019 à 7 h 36 min

Les terroristes de Daech tentaient encore désespérément hier de défendre le dernier lambeau de leur «califat» en Syrie, après avoir été acculés dans un tout petit secteur au bord du fleuve Euphrate.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé avoir forcé le groupe terroriste à abandonner son principal campement informel où il s’était retranché ces derniers jours, dans le village de Baghouz, aux confins orientaux de la Syrie.

Cette percée notable rend plus proche la fin d’une offensive lancée il y a des mois et visant à en finir avec le dernier vestige du «califat» autoproclamé en 2014 par Deach sur de vastes régions conquises, à cheval entre la Syrie et l’Irak. Mais les FDS n’ont pas été jusqu’à proclamer la victoire.

Certains terroristes, qui se battent désormais dans une ultime bande au bord de l’Euphrate, ne semblent pas disposés à se rendre. «Les FDS contrôlent la zone de campement à Baghouz», composée essentiellement de tentes de fortune, de voitures abandonnées et de tunnels sous-terrains, a affirmé sur Twitter le porte-parole des FDS, Mustafa Bali. «Il ne s’agit pas d’une annonce de victoire, mais d’un progrès significatif dans la bataille contre Daech», a néanmoins indiqué M. Bali. Le camp informel servait jusque-là de principal terrain pour les terroristes retranchés dans la poche de Daech.

Ces derniers sont désormais coincés dans un secteur très étroit sur les bords du fleuve, a précisé l’alliance arabo-kurde des FDS. «Des centaines de combattants de Daech blessés ou malades ont été capturés» après la chute du camp et «ont été évacués vers des hôpitaux militaires», a ajouté M. Bali. Les FDS, qui comptent dans leurs rangs des combattants de tribus arabes locales, ont pris position dans le camp abandonné, laissant les derniers terroristes sans issue possible. Encerclés depuis trois axes, ces derniers ne peuvent pas fuir à travers le fleuve, le régime syrien et ses alliés étant déployés de l’autre côté, sur la rive orientale. «Les affrontements se poursuivent», selon M. Bali.

Soutenues par les raids de la coalition internationale antiterroriste, les FDS ont lancé leur assaut final début février pour déloger les derniers terroristes de leur ultime poche à Baghouz, dans la province de Deir Ezzor. Cette offensive, la dernière phase d’une opération déclenchée en septembre 2018 pour chasser Daech des derniers secteurs sous son contrôle en Syrie, a été ralentie par la présence de milliers de civils. Depuis janvier, quelque 67 000 personnes ont quitté l’enclave, dont 5000 terroristes arrêtés après leur reddition, selon les derniers chiffres des FDS.

La plupart des civils rescapés, en grande partie des familles de terroristes, sont transférés vers le camp d’Al Hol (nord-est), où plus de 70 000 personnes, dont 41 000 enfants, sont entassées dans des conditions particulièrement difficiles, selon l’ONG Comité de secours international (IRC).

Depuis décembre, 123 personnes, dont une grande majorité d’enfants de moins de cinq ans, sont décédées en route vers le camp ou peu de temps après leur arrivée, a ajouté IRC. La guerre en Syrie, déclenchée en 2011, a déjà fait plus de 370 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés. La guerre la plus meurtrière de ce début du XXIe siècle.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!