Crise libyenne : Ces femmes qui risquent leur vie pour changer la Libye | El Watan
toggle menu
dimanche, 26 septembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021





Crise libyenne : Ces femmes qui risquent leur vie pour changer la Libye

20 juin 2020 à 9 h 29 min

La figure masculine domine la crise libyenne. Faite par les hommes, menée et négociée par eux. Mais qu’en est-il des Libyennes ? Où en sont-elles de cette décennie sanglante ? Quelle est leur place dans cette crise ? Comment vivent-elles cette guerre ? Dans une Libye déchirée par les conflits armés et marquée par les liquidations des militants, les femmes sont une cible privilégiée. Elles sont nombreuses à avoir été kidnappées, violées et assassinées.

C’est le sort terrible qui a été réservé à l’avocate et militante des droits de l’homme et figure emblématique de l’opposition libyenne, Salwa Bougaïghis. Connue pour ses positions anti-islamistes et son combat contre les milices, elle a été assassinée à Benghazi le 25 juin 2014. Des droits des Libyennes, l’avocate en avait fait son combat. En janvier 2013, elle affirmait à la télévision : «C’est la femme [libyenne] qui a déclenché cette révolution. Non en réponse à une demande masculine, mais en tant qu’initiatrice du mouvement.

C’est elle qui a donné de la voix, elle qui a lancé ‘‘Lève-toi Ô Benghazi, ce que tu attendais est enfin arrivé’’.» Il est possible aussi de citer le cas de Siham Sarguiwa, la députée de Benghazi qui a été kidnappée de chez elle le 18 juillet 2019. Avant elles, l’avocate Hamida Al Asfar a été retrouvée étranglée 23 août 2013. La journaliste Nassib Miloud Karfana a, quant à elle, été égorgée à Sabha en mai 2014. La députée démissionnaire, Fariha Al-Barkawi, a été tuée aussi en juillet 2014. Les crimes ne se sont pas arrêtés.

La militante des droits de l’homme Intissar Al Hassairi a également été retrouvée assassinée le 24 février 2015, en compagnie de sa tante dans le coffre de leur voiture. Zyneb Abdelkarim avait été assassinée 3 jours avant. Les trois sœurs Hourouda, kidnappées courant avril dernier, ont été retrouvées dans l’un des huit charniers découverts à Tarhouna dans le courant de la semaine dernière. Et bien d’autres personnalités et anonymes qui ont été sacrifiées.

Les Libyennes se battent au péril de leur vie

Bien décidées à s’affirmer et se faire une place dans la Libye de demain, elles ont accepté de revenir pour nous sur leurs combats respectifs et de nous faire part de leurs lectures de la situation libyenne. Pugnacité, charisme et prestance, ces Libyennes n’en manquent pas. Elles se refusent au rôle de figurantes. Encore plus, à celui de caution d’une fausse ouverture sociopolitique.

Elles sont journaliste, députée, médecin, juriste, enseignante et activiste de la société civile à se battre pour une citoyenneté pleine et effective. Nos cinq interlocutrices, Sana Elmansouri, Hajer Sharif, Hilana Al Koni, Hind Shouba et Rabiâ Abourasne ne sont que quelques exemples de ces nombreuses Libyennes qui se battent au quotidien dans une Libye où tout reste à faire et à reconstruite.

 

Assia Bakir

Universitaire à Paris 8. Diplômée en relations euro-méditerranéennes et monde maghrébin


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!