Contrôle de l’embargo sur les armes en Libye : Irini, la mission navale de l’UE opérationnelle | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 octobre, 2020
  • thumbnail of elw_30092020






Contrôle de l’embargo sur les armes en Libye : Irini, la mission navale de l’UE opérationnelle

30 avril 2020 à 9 h 00 min

Un navire italien va gagner la zone d’opération dans les prochains jours. Irini va déployer ses moyens dans l’est de la Méditerranée et va contrôler tous les navires soupçonnés de transporter des armes et des combattants vers la Libye où un conflit fait rage.

Irini, la nouvelle mission navale de l’UE chargée de contrôler l’embargo sur les armes pour la Libye, sera opérationnelle dans les prochains jours avec l’arrivée des premiers navires. «Irini a les moyens nécessaires pour commencer sa mission», a confirmé le porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Un accord a été trouvé lundi entre les Etats membres pour la mise à disposition des premiers navires, avions et satellites nécessaires pour lancer l’opération, a précisé Peter Stano.

Un navire italien va gagner la zone d’opération dans les prochains jours, a précisé à l’AFP une source diplomatique européenne. Irini va déployer ses moyens dans l’est de la Méditerranée et va contrôler tous les navires soupçonnés de transporter des armes et des combattants vers la Libye. Le navire italien sera assisté dans un premier temps par les navires des Etats membres présents dans cette zone, si cela s’avérerait nécessaire, le temps que les autres navires européens affectés à l’opération Irini arrivent, a précisé la même source. Irini est également dotée de moyens aériens et satellitaires.

Irini prend le relais de l’opération Sophia lancée en 2015, mais avec un seul mandat : faire respecter l’embargo imposé par les Nations unies sur les livraisons d’armes à la Libye. Son commandement reste en Italie, mais la Grèce aura également des responsabilités. Athènes a en effet accepté d’être le pays de débarquement des naufragés secourus par les navires militaires de l’UE, selon des sources diplomatiques. L’Italie refusait ces débarquements.

Les navires de l’opération Irini interviendront dans des zones à l’écart des routes empruntées par les passeurs, une condition exigée par l’Autriche et la Hongrie qui estiment que la nouvelle mission militaire européenne ne doit pas avoir pour effet d’attirer les passeurs. Irini aura un mandat d’un an renouvelable et, à la demande de Vienne et Budapest, un point d’étape est prévu tous les quatre mois pour examiner cet éventuel «effet d’attraction» et décider si les bateaux engagés par les Etats membres doivent être repositionnés.

Depuis le renversement par les Occidentaux du régime d’El Gueddafi en 2011, la Libye est plongée dans un conflit sanglant qui oppose le Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et établi à Tripoli, à une puissante milice armée basée à l’Est et commandée par Khalifa Haftar. Cet ancien officier supérieur ayant déserté les rangs de l’armée libyenne durant les années 1980 mène sans succès, depuis avril 2019, une offensive contre Tripoli dans l’optique de renverser le GNA. Le siège de la capitale libyenne a occasionné des centaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés.

Avec le temps, les ingérences armées étrangères ont exacerbé le conflit libyen, avec les Emirats arabes unis, l’Egypte et la Russie dans le camp Haftar, et de l’autre la Turquie et son aide croissante au GNA. Le conflit libyen est un important facteur de déstabilisation en Afrique du Nord et au Sahel. La crise risque de perdurer dans la mesure où Khalifa Haftar écarte toute idée de solution politique.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!